Connect with us

Histoire

Sam, le chat insubmersible de la Seconde Guerre Mondiale

Published

on

Partager

Au cœur des tumultes de la Seconde Guerre mondiale, un chat noir et blanc nommé Sam a vécu une série d’aventures étonnantes, lui valant le surnom de « Sam l’Insubmersible ». Au fil de trois naufrages, il a bravé les flots, survécu aux horreurs de la guerre et est devenu une légende de la marine.

Originaire d’Allemagne, Sam s’est retrouvé au milieu des combats en servant à bord de navires des deux camps pendant la guerre. Son flair unique pour détecter les rats et sa présence réconfortante ont fait de lui un compagnon précieux pour les marins, même dans les pires moments.

Le récit de Sam commence avec le naufrage du redoutable cuirassé allemand « Bismarck », où il a été retrouvé accroché à un morceau de bois par l’équipage du HMS Cossack, un navire britannique. Adopté par les marins anglais, il a été rebaptisé « Insubmersible Sam » en hommage à sa résilience.

Pendant des mois, Sam a navigué sur différents navires, mais la tragédie l’a poursuivi, avec deux autres naufrages notables : celui du HMS Legion et du HMS Ark Royal. À chaque fois, il a été retrouvé flottant, indemne parmi les débris.

Après la guerre, Sam a été démobilisé et emmené au Royaume-Uni, où il a passé ses derniers jours à Belfast, chassant les souris dans une « maison pour marins ». Sa légende a survécu au-delà de sa vie, son portrait étant immortalisé au National Maritime Museum de Greenwich.

Avec ses multiples évasions de la noyade et ses aventures palpitantes, Sam incarne véritablement l’esprit indomptable des chats et reste un symbole de courage et de résilience dans les moments les plus sombres de l’histoire.


Partager

Connaissances

Edito : Aliments pour animaux de compagnie : les choix

Published

on

Partager

L’industrie florissante des aliments pour animaux de compagnie, évaluée à plus de 150 milliards de dollars, suscite des questionnements quant à la meilleure manière de nourrir nos compagnons à quatre pattes. Entre publicités alléchantes et préoccupations dentaires, les choix des propriétaires se retrouvent au cœur d’un marché saturé d’options. L’amour démesuré pour nos animaux et les stratégies capitalistes ont propulsé cette industrie, où les animaux peuvent parfois manger mieux que leurs propriétaires. Ce dilemme complexe met en évidence la nécessité d’un équilibre entre choix responsables et influences du marché.

Histoire

L’essor commercial des aliments pour animaux de compagnie remonte au XIXe siècle avec James Spratt, pionnier des « gâteaux de fibrine à la viande » pour chiens.

Spratt a été le premier fabricant à grande échelle de biscuits pour chiens au monde. L’entreprise a fait la promotion avec succès de sa gamme de produits pour chiens et autres animaux domestiques grâce à l’utilisation astucieuse de l’attrait à faire partie d’une élite. L’entreprise a été la première à ériger un panneau d’affichage à Londres.

L’évolution vers des aliments secs, symbolisée par les croquettes, a marqué les années 1950. Waltham, inauguré en 1960, avait pour mission de combattre les carences nutritionnelles et a influencé la composition mondiale des aliments pour animaux.

Recherche et Innovation

Les laboratoires ont généré des découvertes majeures, de l’intégration de prébiotiques à la détermination des niveaux de taurine. Les chercheurs explorent le goût, la texture et l’arôme, utilisant même la génétique pour personnaliser les formulations. L’accent sur l’expérience sensorielle des animaux guide la création de produits qui plaisent au plus grand nombre.

Controverses Alimentaires

L’industrie repose sur l’utilisation judicieuse des sous-produits animaux, mais les partisans de l’alimentation crue remettent en question cette approche. La popularité croissante des régimes à base de viande crue expose les divergences entre les adeptes de la nourriture naturelle et les défenseurs des aliments transformés. Les risques sanitaires, la variabilité des goûts et les coûts élevés sont au cœur des débats.

En bref

Naviguer dans l’univers complexe des aliments pour animaux de compagnie nécessite une compréhension approfondie des choix, des tendances et des enjeux. La priorité demeure la santé et le bien-être des animaux de compagnie, guidant ainsi les décisions des propriétaires avertis.


Partager
Continue Reading

Histoire

La légende des chiens vampire de Pratdip

Published

on

Partager

Dans les ruelles de Pratdip réside une légende mystérieuse, celle du chien vampire nommé Dip, qui mêle subtilement éléments réels et fantastiques. Ces créatures sombres, autrefois réputées pour leur menace, ont marqué l’histoire de la commune jusqu’à leur mystérieuse disparition à la fin du XIXe siècle.

Leur présence était si ancrée dans la culture locale que les habitants les considéraient comme un symbole identitaire, allant jusqu’à inclure l’image du chien vampire sur le bouclier municipal et dans les représentations artistiques de l’église locale.

L’origine de cette légende remonte à des récits anciens, qui ont été ensuite popularisés dans des ouvrages pour enfants et des romans tels que « Dip: au-delà des ténèbres » et « El Poblet dels Dips ». Cependant, c’est dans « Les histoires naturelles » de Joan Perucho que la légende du chien vampire a véritablement pris son envol, faisant de Pratdip le centre de l’attention.

La description de Dip dans les écrits et les récits locaux évoque une créature terrifiante, avec une fine langue rouge, des yeux exorbités et une fourrure d’un noir intense, conférant à ces chiens une apparence menaçante et redoutable. Ils sortaient la nuit et se promenaient dans la ville avec les crocs pleins de sang pour avoir détruit le bétail de la région et tous les ivrognes qui croisaient leur chemin. D’où le nom de la commune Pratdip.

La première représentation des animaux a été trouvée dans un retable de Santa María de 1602, puis dans un autre de 1730.

Malgré la disparition des Dips à la fin du XIXe siècle, leur légende persiste encore aujourd’hui à Pratdip, où ils sont célébrés lors du festival annuel « Pratdip Llegendari » et à travers la « Ruta dels Dips », une excursion permettant de découvrir les traces de ces créatures à travers la ville.

Cependant, la frontière entre réalité et fiction reste floue. Si les Dips étaient autrefois des chiens sombres au comportement menaçant, leur transformation en créatures vampiriques relève davantage du folklore et de l’imagination collective.

Il est probable que l’écrivain Joan Perucho, inspiré par les récits populaires et la mémoire collective de la ville, ait amplifié la légende du chien vampire pour créer une histoire captivante. Ainsi, la véritable nature des Dips reste un mystère, entre réalité historique et fantaisie littéraire.

Quoi qu’il en soit, la légende du chien vampire de Pratdip continue de fasciner les habitants et les visiteurs, témoignant de l’importance des traditions et du folklore dans la culture locale.


Partager
Continue Reading

Connaissances

Chat Noir : Démystifions les faux mythes et célébrons sa chance

Partager

Chat noir avec yeux jaunes


Partager

Published

on

Partager

Le 17 août, nous célébrons la Journée internationale du chat noir, une occasion de dissiper les mythes persistants qui entourent ces majestueux félins au pelage de charbon de bois. Souvent maltraités, accusés à tort de porter malheur et associés à des présages sinistres, les chats noirs méritent une réhabilitation de leur réputation.

Les faux mythes entourant les chats noirs ont proliféré depuis le Moyen Âge, époque où ces créatures gracieuses étaient injustement liées à l’image infamante des sorcières. Parmi les races les plus répandues, le Chat européen à poil court, le Chat de Bombay aux yeux jaunes, et le Persan noir, connu pour sa fidélité exceptionnelle envers les humains, démentent ces idées préconçues. Le Chat noir britannique se distingue par son acumen, tandis que le Chat Persan noir fait preuve d’une loyauté remarquable envers les humains.

Superstitions et Légendes Médiévales : Au Moyen Âge, de nombreuses légendes et superstitions ont contribué à ternir la réputation des chats noirs. Le pape Grégoire IX, au 13e siècle, a établi un lien dangereux entre les sorcières et les chats noirs, les qualifiant de créatures démoniaques, encourageant ainsi leur persécution. Des bulles papales ont même affirmé que les sorcières pouvaient se transformer en chats noirs.

Une autre légende persistante concerne la malchance supposée lorsque le chemin d’une personne croise celui d’un chat noir. Cette croyance a ses racines au Moyen Âge, où les calèches étaient le principal moyen de transport. La mauvaise visibilité nocturne rendait difficile la distinction des chats noirs, dont les yeux jaunes pouvaient effrayer les chevaux.

Un aspect moins connu de la « renommée » des chats noirs remonte à l’ère des pirates. Ces félins étaient utilisés à bord des navires pour chasser les rongeurs. Bien que bénéfiques en mer, l’apparition soudaine de ces chats pouvait être perçue comme une menace par les citadins, associée à la présence de souris.

Le chat noir comme porteur de chance : Il est essentiel de souligner que, contrairement aux croyances négatives, de nombreuses cultures considèrent les chats noirs comme des symboles de chance. Dans l’Égypte ancienne, ces félins étaient sacrés et vénérés. La déesse Bastet, protectrice des foyers et de la fertilité, était souvent représentée avec une tête de chat noir.

En Écosse, selon la tradition celtique, la fée Sìth pouvait prendre la forme d’un chat noir. Les filles possédant un chat noir à la maison étaient réputées avoir de nombreux prétendants, symbolisant ainsi la prospérité.

Nos ancêtres romains considéraient les chats noirs comme des symboles d’abondance et de bien-être. En avoir un chez soi portait chance, et après leur décès, leurs cendres étaient répandues dans les champs pour assurer une récolte fructueuse.

Le 17 août, Journée internationale du Chat Noir, démystifions les mythes tenaces et célébrons ces félins exceptionnels qui ont joué un rôle positif dans de nombreuses cultures à travers l’histoire.

Lire également: https://siriusmag.ch/les-animaux-de-couleur-noire-sont-moins-susceptibles-detre-adoptes-2/


Partager
Continue Reading

Connaissances

Les yeux des chiens : Comment l’homme a contribué à leur évolution

Published

on

Partager

Des chercheurs japonais de l’Université des sciences de Teikyo ont récemment publié une étude suggérant que les humains pourraient avoir involontairement influencé l’évolution de la couleur des yeux des chiens au fil de la domestication. Cette recherche explore comment la préférence humaine pour les yeux de chiot a peut-être contribué à façonner la physionomie des chiens, mettant en lumière un lien entre les choix esthétiques humains et les traits évolutifs des chiens.

Au cours des millénaires de cohabitation entre les humains et les chiens, une relation spéciale s’est développée. L’étude met en avant le fait que cette connexion pourrait remonter à l’époque où les loups se sont domestiqués pour devenir des compagnons canins. La transformation des loups en chiots amicaux aurait influencé non seulement leur comportement, mais aussi des aspects physiques, notamment la couleur des yeux.

Les chercheurs, dirigés par Akitsugu Konno, ont édité des images de chiens de 33 races différentes, altérant la couleur de leurs yeux pour créer des variations plus claires ou plus foncées. Ces images ont ensuite été présentées à un groupe de 142 volontaires japonais, qui ont évalué les chiens en fonction de traits tels que la convivialité, l’agressivité, la maturité et l’intelligence.

Les résultats de l’étude indiquent que les volontaires ont associé les chiens aux yeux sombres à des traits de personnalité tels que la sociabilité et la non-agressivité, tout en les percevant comme plus proches des caractéristiques d’un chiot. Akitsugu Konno a expliqué que cette préférence pourrait remonter à l’époque où les loups avaient besoin d’yeux jaunes vifs pour chasser dans des conditions de faible luminosité.

Cependant, avec la domestication, la pression sélective a changé, conduisant à l’émergence d’yeux plus foncés chez certains chiens. L’étude suggère que ces yeux sombres pourraient être une adaptation pour envoyer des signaux de regard non menaçants aux humains, les incitant peut-être à protéger et à prendre soin de ces chiens.

Ainsi, l’évolution de la couleur des yeux des chiens pourrait être le résultat d’une interaction complexe entre les pressions évolutives, la domestication et les préférences humaines, créant des compagnons canins aux yeux sombres qui séduisent par leur apparence similaire à celle d’un nourrisson.


Partager
Continue Reading

Histoire

Découverte monumentale : Le plus grand géoglyphe félin du monde, un hommage au chat des Andes

Published

on

Partager

Une découverte fascinante a émergé sur le mont Unita, l’un des sites archéologiques les plus éminents du Chili, situé à 84 kilomètres d’Iquique. Une équipe de chercheurs, dirigée par Rodrigo Villalobos, spécialiste de la conservation de la faune et des félins à l’ONG Seeking Andine Wild Cats, a identifié le plus grand géoglyphe félin connu à ce jour, mesurant imposants 62 mètres de long. Cette figure exceptionnelle, située sur le versant sud de la colline, représenterait le chat andin Leopardus jacobita, espèce fantomatique et menacée.

Cette incroyable découverte, a été documentée par Oryx, le magazine de conservation de Cambridge University Press pour le compte de l’ONG Fauna & Flore Internationale, et éclaire d’un nouveau jour la valeur patrimoniale du chat andin, une espèce en voie de disparition.

L’équipe de chercheurs, comprenant également une anthropologue et le directeur de la Small Wild Cat Conservation Foundation, a réussi à photographier cette monumentale figure féline.

Selon Villalobos, la figure du chat andin, souvent confondue avec des jaguars dans l’iconographie andine, prend désormais sa place légitime dans l’histoire culturelle de la région. Cette découverte, qui remonte à 500 avant JC, rehausse la valeur patrimoniale du chat des Andes, change le paradigme de l’interprétation archéologique, et accorde à l’espèce la reconnaissance qui lui était due.

Selon les chercheurs, la découverte de cette figure monumentale est due au retrait du sable provoqué par des vents violents. Les caractéristiques distinctives du chat des Andes, telles que la queue longue et large sans rétrécissement à l’extrémité, les pattes, la largeur du corps et les taches sur le flanc, ont permis de l’identifier avec certitude.

Cette découverte éclaire également sur la vision andine du monde, où la présence du félin était associée à la fertilité et à l’eau, notamment la pluie.

Malgré la rareté du chat des Andes dans la faune chilienne, son importance culturelle persiste, illustrée par des cérémonies traditionnelles dans les quatre pays de son aire de répartition. Les chercheurs soulignent que cette découverte nécessite une étude approfondie pour comprendre pleinement son symbolisme et son intégration dans la culture ancienne.

Cette révélation, dépassant en taille le géoglyphe du chat de Nazca au Pérou, ouvre une nouvelle perspective sur l’art rupestre lié aux félins dans le nord du Chili. Le géoglyphe du Cerro Unita, récemment mis en lumière, s’inscrit désormais comme un témoignage exceptionnel de la coexistence harmonieuse entre l’humanité et la nature dans la vision andine du monde.

Bien que protégés par la loi, les géoglyphes du désert d’Atacama font face à des dommages, soulignant la nécessité d’une préservation rigoureuse pour préserver ce riche héritage culturel.


Partager
Continue Reading

Histoire

Remontons à 4 500 ans : La reconstitution 3D étonnante d’un chien néolithique écossais

Published

on

Partager

Un chien qui a vécu il y a 4 500 ans en Écosse revit aujourd’hui grâce à une reconstitution en trois dimensions qui laisse transparaître toute la réalité de son épaisse fourrure. Découvert dans une sépulture néolithique élaborée à Cuween Hill, dans les îles Orcades, cet animal surprend par sa ressemblance frappante avec un loup, bien qu’il ait probablement été domestiqué.

Alison Sheridan, conservatrice principale de la recherche archéologique au Département d’histoire et d’archéologie écossaises des musées nationaux d’Écosse, indique que le chien, de la taille d’un grand colley, présente des similitudes avec le loup gris européen. La reconstitution du crâne pourrait fournir des indices sur les pratiques cérémonielles et la signification symbolique des chiens à la fin du Néolithique dans les Orcades, ainsi que sur l’émergence des chiens domestiques au troisième millénaire avant JC.

Les chiens domestiques d’aujourd’hui ont des caractéristiques distinctes par rapport aux loups, telles qu’un front plus proéminent et des oreilles tombantes. La reconstitution médico-légale de ce chien particulier révèle des détails fascinants sur son apparence, offrant un aperçu unique de la relation entre l’homme et le chien à une époque ancienne.


Partager
Continue Reading

Histoire

Dans l’ombre des combats de chiens : L’évolution du sport brutal révélée par les archives judiciaires

Published

on

Partager

Petite anecdote

Par un sombre matin pluvieux dans la campagne de Caroline du Sud, une équipe d’agents fédéraux américains, vêtus d’un équipement tactique, s’est réunie pour une mission délicate, alliant raid et opération de sauvetage. Leur objectif : mettre fin à des combats de chiens impliquant près de 40 pitbulls, révélant ainsi les dessous d’un pseudo-sport brutal et sanglant.

Les risques étaient élevés, les victimes potentielles étant susceptibles d’être maltraitées, déshydratées, voire enchaînées. Les agents ont finalement réussi à sauver les chiens, mais les marques de maltraitance étaient évidentes.

Cette scène, bien que choquante, est devenue malheureusement commune dans le monde souterrain des combats de chiens.

Le combat des autorités contre les combats de chiens

Les archives judiciaires dévoilent une réalité sombre : les combats de chiens ont évolué à l’ère d’Internet, les propriétaires utilisant des applications de messagerie cryptée pour échanger des conseils d’entraînement et organiser des combats.

Alors que des combats brutaux continuent de se dérouler en Amérique, les données montrent que les autorités fédérales opèrent principalement dans le sud-est des États-Unis, en particulier en Caroline du Sud, où deux procureurs, Elle Klein et Jane Taylor, se battent contre cette pratique.

Leur mission va au-delà de la simple répression : elles cherchent à éliminer les réseaux organisés de combats de chiens, où des sommes considérables changent de mains lors de chaque match, et où les éleveurs peuvent tirer profit des ventes de sperme ou de chiots. Klein et Taylor, animées par un amour profond des animaux, ont réussi à sauver des centaines de chiens, dénonçant cette culture dégoûtante.

L’affaire Vick, le quaterback des Falcon d’Atlanta

Les combats de chiens, bien que remis sur le devant de la scène en 2007 lors de l’affaire Vick.

Les archives judiciaires décrivent comment le quart-arrière des Falcons d’Atlanta (NFL National Football League) a investi de l’argent dans le sport du sang, en achetant la propriété où il gardait les animaux peu de temps après avoir signé son premier contrat avec la NFL en 2001.

Vick et ses coaccusés, qui utilisaient le ranch de Virginie comme zone de transit principale pour dresser, héberger et combattre leurs animaux, ont chacun plaidé coupable à un chef d’accusation lié aux combats de chiens.

George W. Bush avait signé une loi en mai 2007 faisant des combats aériens un crime fédéral.

Vick a purgé près de deux ans dans une prison fédérale, est retourné dans la NFL et a ensuite signé un contrat de 100 millions de dollars. Il est désormais analyste pour Fox Sports.

« J’assume l’entière responsabilité de mes actes », a déclaré Vick aux journalistes après avoir plaidé coupable en 2007.

Les nouvelles technologies de l’information

Les propriétaires, autrefois limités par le bouche-à-oreille et les magazines clandestins, utilisent désormais Internet pour partager des informations sur les techniques d’entraînement, les soins médicaux et même pour organiser des combats.

L’argent est au cœur de cette pratique, avec des sommes colossales en jeu. Les combats de chiens ne se limitent pas à un simple duel entre animaux, mais englobent un réseau complexe d’éleveurs, de transporteurs et de promoteurs. Les combattants peuvent être issus de divers milieux, transcendant les barrières sociales.

Les mesures policières

En réponse à cette escalade, les autorités fédérales, notamment Klein et Taylor, ont intensifié leurs efforts pour éradiquer cette pratique cruelle. Les saisies massives de chiens, les opérations secrètes et les poursuites judiciaires sont dès lors monnaie courante.

L’ampleur du problème est également mise en lumière par des affaires récentes, révélant des actes de cruauté choquants, tels que l’utilisation de dispositifs électriques pour torturer les chiens après les combats. Les détails horribles émergent des archives judiciaires, exposant la barbarie de ce sport.

Le combat contre les combats de chiens est un enjeu majeur, allant au-delà de la protection animale. Il soulève des questions sur la moralité de ceux qui participent et profite de cette pratique, tout en mettant en lumière les défis auxquels sont confrontées les autorités pour éradiquer complètement cette culture dérangeante.


Partager
Continue Reading

Histoire

L’épopée héroïque de Balto : Le chien qui a défié le froid pour sauver une ville

Published

on

Partager

L’histoire vraie derrière le film d’animation de 1995, « Balto, » réalisé par Simon Wells et produit par Steven Spielberg, est une aventure moins romancée mais tout aussi héroïque. Pendant l’hiver glacial de 1925, une violente épidémie de diphtérie a frappé Nome, en Alaska, mettant la vie des habitants en danger.

Une quantité vitale d’antitoxine, un million d’unités, était nécessaire pour sauver la ville, mais le sérum le plus proche se trouvait à plus de 1 700 kilomètres à Anchorage. Les conditions météorologiques extrêmes empêchaient tout transport par voie terrestre ou aérienne, sauf par des chiens de traîneau.

Une course de relais a été organisée avec vingt meutes de chiens, bravant des températures glaciales de 40°C en dessous de zéro. Le relais de 674 milles entre Nenana et Nome a été couronné de succès en un peu plus de 5 jours, contre les 25 jours habituels pour les coursiers.

Balto, dirigé par Gunnar Kaasen, a été le chien qui a apporté l’antitoxine à Nome, marquant la fin de la course héroïque le 2 février 1925. Célèbre pour cet exploit, Balto a été honoré par un court métrage, une statue à Central Park à New York, et le film d’animation qui porte son nom.

Malheureusement, après la course, Balto et sa meute ont été achetés pour un spectacle de cirque. Heureusement, un homme de Cleveland, George Kimble, a organisé une collecte de fonds pour les racheter. Balto a vécu jusqu’à l’âge de 14 ans, tandis que Togo, un autre chien de la meute, est décédé à 16 ans. Les deux chiens sont maintenant préservés au Musée d’histoire naturelle de Cleveland et au Musée d’histoire naturelle de Wasilla, en Alaska.


Partager
Continue Reading

Actualité

Libération d’une adolescente israélienne à Gaza : Retour émouvant avec son chien

Published

on

Partager

Depuis l’attaque meurtrière du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, Moshe Leimberg, le père de Mia Leimberg, 17 ans, a prié ardemment pour la libération de sa fille et le retour de leur chien de famille, Bella.

La libération tant attendue est finalement survenue mardi, alors que Mia, parmi un groupe de 12 otages, était enfin libre, tout comme sa mère et sa tante. Cet événement, résultat d’un accord de cessez-le-feu temporaire entre Israël et le Hamas à Gaza, a également levé le voile sur le mystère entourant Bella, la chienne de Mia.

Lors de l’attaque, Bella se trouvait avec Mia au kibboutz Nir Yitzhak, dans le sud d’Israël, où elles rendaient visite à leur tante Gabriela. Après l’attaque qui a vu près de 240 otages kidnappés, Moshe Leimberg a cherché l’adorable chien blanc, espérant qu’il apporterait du réconfort à sa fille à son retour, selon le journal Israel Hayom.

La localisation de Bella a été révélée mardi 28 novembre 2023, lorsque des images de Mia, escortée par des combattants armés et masqués du Hamas et du groupe du Jihad islamique, ont circulé dans le monde entier. Mia tenait Bella dans ses bras, suggérant que la fidèle compagne l’avait accompagnée pendant sa captivité.

Les autorités israéliennes rapportent que l’attaque du 7 octobre par le Hamas a entraîné environ 1 200 décès, principalement parmi les civils. En réaction, Israël s’est engagé à éliminer le Hamas, déclenchant une offensive aérienne et terrestre ayant, selon le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza, causé la mort de près de 15 000 personnes, majoritairement des civils, jusqu’au début de la trêve.


Partager
Continue Reading

Histoire

La science révèle pourquoi les chiens pourraient manger leurs propriétaires après leur mort

Published

on

Partager

Il est difficile d’imaginer un amour plus profond et sincère que celui entre un chien et son maître. Cependant, une préoccupation perturbante se pose, surtout pour ceux qui vivent seuls : que feraient les chiens bien-aimés s’ils venaient à mourir, laissant derrière eux leurs animaux de compagnie ? Cette question soulève des inquiétudes légitimes, étayées par des études révélatrices.

Une recherche touchant la science forensique et le domaine médico-légal a été publiée dans la revue PubMed et a compilé 65 cas documentés au cours des 20 dernières années, où des chiens ont dévoré les cadavres de leurs propriétaires après leur décès. L’étude met en lumière que la partie préférée des chiens domestiques est le visage, en particulier le nez et la bouche, avec 73 % d’entre eux commençant à dévorer ces zones.

Contrairement aux canidés sauvages tels que les loups et les coyotes, qui optent généralement pour l’abdomen, les chiens domestiques ne montrent aucune attirance particulière pour cette partie du corps humain. Le cou (43 %), les bras (29 %) et les mains (26 %) sont les zones privilégiées au-delà du visage, avec une moindre préférence pour les jambes.

La faim semble être le principal déclencheur, avec 76 % des cas où les chiens commencent à envisager de manger leur propriétaire en raison du manque de nourriture. Cependant, les 24 % restants ont commencé à se nourrir de chair humaine en moins de 24 heures après le décès, montrant ainsi une certaine persistance du comportement charognard.

Une étude suggère que la race du chien peut influencer ce comportement, les bergers allemands étant plus impliqués dans ces cas, tandis que le caractère général du chien semble peser plus lourd que sa race. La majorité des cas ont été réalisés par des chiens de taille moyenne et grande. Surtout pour les bergers allemands. Cependant, les golden retrievers, qui ont des dimensions similaires, ne semblent pas capables de dévorer leurs propriétaires.

Les chiens anxieux et insécurisés sont plus susceptibles d’adopter ce comportement, souvent en essayant de réveiller leur maître en le léchant. Si cela échoue, cela peut conduire à des morsures et à la consommation de parties du visage.

Une autre constatation révèle que les chiens sont plus enclins à manger leurs propriétaires après leur mort s’ils ne sont pas seuls, et plus il y a de chiens vivant ensemble, plus cela est susceptible de se produire. Les chats présentent un schéma similaire, avec trois cas documentés au cours des 15 dernières années où des personnes ont été mangées par leurs félins, en particulier lorsque le défunt possédait un grand nombre de chats. Les félins, étant moins domestiqués, conservent davantage leur instinct.


Partager
Continue Reading

Histoire

L’évolution des chiens dans 10 000 ans : Perspectives des vétérinaires et généticiens guidées par l’IA

Published

on

Partager

Des vétérinaires et généticiens explorent les futurs potentiels des chiens au cours des 10 000 prochaines années grâce à l’intelligence artificielle. Basepaws, une entreprise californienne spécialisée dans l’analyse génétique des animaux de compagnie, principalement des chats et des chiens, s’associe à son vétérinaire en chef, Ernie Ward, pour anticiper les adaptations de nos amis à quatre pattes aux changements environnementaux attendus dans les millénaires à venir.

Bien que les prédictions à long terme soient souvent imprécises, cette spéculation, combinée à l’utilisation de l’intelligence artificielle générative, offre une fenêtre fascinante sur l’avenir des chiens.

Selon Ward, deux scénarios possibles émergent. Le premier envisage une hausse des températures due au réchauffement climatique, modifiant la morphologie des chiens et influençant leur manière d’être soignés et nourris. Le second, en revanche, explore une hypothétique nouvelle ère glaciaire.

Réchauffement climatique : Les chiens, adaptés au réchauffement, pourraient voir leur masse musculaire réduite en raison de la rareté des ressources. Une diminution de la surface cutanée aurait l’avantage de protéger les chiens des rayons ultraviolets, incitant certains à développer des tons de peau plus foncés. Les poils, désormais superflus pour se protéger du froid, pourraient être perdus, les chiens devenant plus actifs la nuit et adaptant la taille de leur tête et de leurs oreilles pour mieux résister à la chaleur.

Une pénurie d’eau entraînerait un changement métabolique, permettant aux chiens de survivre sans hydratation pendant de plus longues périodes.

Nouvelle ère glaciaire : Si une période glaciaire survient, les chiens pourraient développer des pelages de plus en plus épais pour se protéger du froid. Bien que la taille des chiens reste incertaine, Ward suggère que l’accumulation de graisse corporelle servirait de réserve d’énergie. Les chiens pourraient évoluer vers une apparence plus proche des loups, avec des muscles plus forts pour une meilleure agilité et chasse, surtout s’ils doivent rivaliser pour la nourriture et l’abri avec d’autres espèces, y compris les humains.

Cependant, des découvertes récentes remettent en question la probabilité d’une nouvelle ère glaciaire dans un futur proche.

Chiens martiens : En envisageant un avenir sur Mars, les chiens, s’ils s’y adaptent, pourraient connaître des défis tels que des combinaisons spatiales contraignantes, une gravité réduite affectant leurs muscles et leur vision, ainsi qu’une exposition accrue aux radiations. Les chiens nés sur Mars évolueraient pour s’adapter aux conditions spécifiques de la planète rouge, mais les limitations liées à l’odorat et d’autres facteurs pourraient les rendre moins adaptés à certaines tâches.

#image_title

Partager
Continue Reading

Histoire

Une amitié indéfectible : George S. Patton et Willie, son fidèle bull terrier

Published

on

Partager

George S. Patton Jr., le célèbre général de l’armée américaine de la Seconde Guerre mondiale, partageait une amitié profonde avec ses bull terriers, en particulier avec le légendaire Willie, qui a marqué l’histoire.

L’histoire de Willie commence lors d’un barbecue pendant la Grande Dépression, où Patton rencontra un garçon nommé Willie, qui mangea à sa faim pour la première fois. En hommage, Patton rebaptisa son bull terrier Punch en Willie.

Willie était bien plus qu’un simple compagnon pour Patton. Leur lien était si fort que le bull terrier le suivait partout, y compris sur les champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale. La présence de Willie signalait même la proximité du général grâce à ses aboiements caractéristiques.

Patton et Willie ont voyagé ensemble à travers le Luxembourg, la France et la Belgique, le bull terrier accompagnant le général même lors de ses déplacements en Europe. La profondeur de leur amitié était telle que Patton fit fabriquer des plaques d’identité officielles pour Willie.

Cependant, la tragédie frappa en décembre 1945. Un accident de voiture coûta la vie au général Patton, laissant planer l’avenir incertain de Willie. Après la mort de Patton, Willie fut envoyé aux États-Unis pour vivre avec la famille du général. Le fidèle bull terrier survécut jusqu’en 1955, reposant désormais dans une tombe anonyme sur la propriété de Patton.

L’amitié légendaire entre Willie et Patton a transcendé le temps, jouant un rôle significatif dans le film biographique du général. Une statue commémorative érigée à West Point, New York, immortalise leur lien indéfectible, rappelant à tous la saga émouvante d’un général et de son fidèle compagnon à quatre pattes.


Partager
Continue Reading

Actualité