Connect with us

Social

Grâce aux chiens, réduction du temps d’écran chez l’enfant

Published

on

Partager

Une étude récente menée par le Telethon Kids Institute et l’Université d’Australie occidentale, impliquant plus de 1 360 enfants âgés de 2 à 5 ans provenant de 122 centres, a révélé que le fait d’élever un chien réduit l’exposition aux écrans de plus de 8 heures par mois et augmente le temps de sommeil de plus de 9 heures par mois. Ces résultats mettent en lumière les nombreux avantages pour les enfants d’avoir un animal de compagnie à proximité.

Outre la promotion de l’activité physique, qui contribue directement à un meilleur sommeil et à une réduction du temps d’écran, Francisco Sánchez Castañeda, secrétaire adjoint du Collège des vétérinaires de Séville, a souligné les avantages liés à l’intelligence émotionnelle, tels que le sens des responsabilités, l’empathie et la compassion. Le contact avec les animaux enrichit le développement éducatif, émotionnel et social des enfants, offrant des expériences précieuses qui contribuent à leur croissance intégrale.

De plus, des recherches, comme celles de l’Université de Göteborg en Suède, suggèrent que les enfants élevés avec des animaux domestiques à la maison peuvent bénéficier d’une plus grande immunité et d’un risque plus faible de développer certaines maladies telles que les allergies, les rhumes et les infections respiratoires.

En ce qui concerne les bénéfices des sports collectifs, les enfants élevés avec des animaux de compagnie ont tendance à être plus physiquement actifs, ce qui peut améliorer leur forme physique pour l’activité sportive. L’interaction avec les animaux favorise également le développement de compétences sociales, telles que l’intégration dans les équipes et le respect des responsabilités. De plus, la présence d’un animal de compagnie peut contribuer à réduire le niveau de stress, améliorant ainsi la concentration et les performances sportives des enfants.

Ces conclusions soulignent l’importance et les multiples bienfaits d’avoir des animaux de compagnie pour le bien-être global des enfants.


Partager

Social

Vols caritatifs pour animaux : La passion d’Aaron O’Connell

Published

on

Partager

Aaron O’Connell, acteur célèbre pour ses rôles dans des films romantiques d’Hallmark Channel incarne également un héros hors écran en tant que pilote bénévole pour Pilots N Paws, une organisation qui transporte des animaux de compagnie vers de nouveaux foyers avec ses vols caritatifs.

Depuis l’obtention de sa licence de pilote en 2012, O’Connell s’est engagé à utiliser ses compétences de vol pour une cause noble : aider les animaux sans abri à trouver un foyer aimant. Il possède un avion Cirrus SR22T et met régulièrement son avion à profit pour transporter des animaux à travers le pays.

Sa passion pour le vol et son amour des animaux se sont rencontrés lorsque O’Connell a découvert Pilots N Paws, une organisation à but non lucratif qui met en relation des pilotes bénévoles avec des refuges et des refuges pour animaux. Depuis 2015, il vole régulièrement pour cette organisation, sauvant ainsi de nombreux animaux et contribuant à des réunions joyeuses entre les animaux et leurs nouveaux propriétaires. Au-delà de cette expérience individuelle, O’Connell espère encourager d’autres pilotes à rejoindre Pilots N Paws et à offrir leur temps et leurs compétences pour aider les animaux dans le besoin, au titre de vols caritatif

Le dernier vol de O’Connell avec Pilots N Paws a été une aventure spéciale avec un chien nommé Patches. Ce chiot, faisant partie d’une portée surprise, a trouvé un nouveau foyer grâce à l’aide précieuse de l’acteur. Après un briefing méticuleux et une préparation minutieuse, O’Connell a pris les commandes de son avion, assurant ainsi un vol en toute sécurité pour Patches.

Le vol s’est déroulé sans encombre, avec Patches s’endormant paisiblement dans son « nid » à bord de l’avion. À l’arrivée, le chiot a été accueilli par sa nouvelle famille avec enthousiasme et amour. Ce moment émouvant a confirmé pour O’Connell chacun des vols caritatifs en vaut la peine, sachant qu’il contribue au bonheur et au bien-être des animaux et de leurs nouveaux propriétaires.

Maintenant, Patches vit heureux avec sa nouvelle famille, grâce à l’intervention dévouée de O’Connell et à l’organisation Pilots N Paws. L’histoire de Patches est un exemple inspirant du pouvoir de l’amour et du dévouement envers les animaux, et elle encourage d’autres pilotes à s’impliquer dans des initiatives similaires.

Pour O’Connell, chaque vol est une occasion de redonner et de faire une différence dans la vie des animaux. Son engagement envers Pilots N Paws et sa passion pour les animaux témoignent de son dévouement à rendre le monde meilleur, un vol à la fois.

Voir également:


Partager
Continue Reading

Politique et Réglementation

Les chiens policiers à retraite soutenus par des associations d’aide

Published

on

Partager

Sous d’autres latitudes, du côté des îles Britanniques, la gestion relative aux chiens policiers, ou ceux rendant un service pour la collectivité via les Services publics de manière plus large, évolue; via des associations d’aide aux chiens ayant travaillé dans le public. Et ce sans regarder ce qui se fait à Genève.

Des associations d’aide aux chiens de police, comme la LRPD et la NFRSA, germent et comblent les besoins de administrés ; et fournissent même parfois des pensions pour les chiens à la retraite.

LRPD : Protéger les chiens policiers retraités de Londres

London Retired Police Dogs Trust (LRPD) est une des associations d’aide aux chiens de police, créé en 2019, et qui soutiens les chiens policiers retraités de Londres et leurs propriétaires. Ces fidèles compagnons, une fois à la retraite, continuent de nécessiter des soins et une attention particulière.

Les chiens policiers retraités ne bénéficient pas de pensions, ce qui met souvent leurs propriétaires dans une situation financière difficile, surtout lorsque des frais vétérinaires inattendus surviennent. C’est là que LRPD intervient, en offrant un soutien pour garantir que ces chiens reçoivent les soins nécessaires pour profiter pleinement de leur retraite bien méritée.

LRPD étend son soutien également aux chiens d’assistance à la retraite des pompiers de Londres, reconnaissant le rôle crucial qu’ils jouent dans les services d’incendie. Cette extension de mission dénote l’engagement envers le bien-être des animaux de service dans la ville.

L’association caritative fonctionne de manière indépendante, avec ses propres administrateurs, pour s’assurer que les fonds sont utilisés de manière efficace. Ils considèrent tout chien qui a servi dans la police de Londres et qui est médicalement retraité comme éligible à leur soutien.

En 2020, malgré les défis posés par la pandémie, LRPD a poursuivi son travail avec détermination. Ils ont dû annuler certains événements de collecte de fonds mais ont trouvé de nouvelles façons d’obtenir du soutien, notamment en ligne et grâce à des initiatives créatives telles que des défis de collecte de fonds.

Le travail de LRPD est reconnu au plus haut niveau, avec une invitation à présenter leurs efforts devant le groupe consultatif parlementaire multipartite sur le bien-être des chiens. De plus, le soutien de personnalités influentes comme Dame Judi Dench et Rob Bell a renforcé leur visibilité et leur impact.

L’obtention du statut d’organisme de bienfaisance à part entière a été une étape cruciale qui leur permet de maximiser les efforts de collecte de fonds grâce à des avantages fiscaux comme le « Gift Aid ».

NFRSA : Soutenir les animaux d’assistance retraités

La Fondation nationale pour les animaux d’assistance retraités abrégé en anglais NFRSA est une des multiples associations d’aide aux chiens de police au Royaume-Uni. Elle soutiens les chiens et les chevaux retraités des services de police, de pompiers, de prisons et des forces frontalières en leur offrant une aide financière pour les soins médicaux et vétérinaires dont ils ont besoin en vieillissant.

Lorsque ces animaux prennent leur retraite après avoir servi la communauté, par exemple les chiens policiers, les services financiers qui les soutenaient pendant leur carrière prennent fin. Malheureusement, obtenir une assurance pour ces animaux est difficile et coûteux en raison de leur âge et de leur formation passée, laissant souvent les propriétaires confrontés à des factures médicales considérables.

La relation entre un maître-chien et son partenaire est incomparable, et il est essentiel de préserver cette relation même après l’activité de travail, à la retraite.

La NFRSA ne demande pas de frais d’adhésion ni de paiements mensuels. Les dons sont offerts avec respect et l’inscription est gratuite.

La NFRSA travaille en collaboration avec d’autres organisations caritatives qui soutiennent les chiens policiers à la retraite au niveau local, reconnaissant l’importance de ne pas compromettre les efforts de ces organisations. La FNRSA comble juste les lacunes dans le système.

Voir également:


Partager
Continue Reading

Connaissances

Les chiens comprennent le langage humain

Published

on

Partager

Une étude révolutionnaire confirme que les chiens sont capables de comprendre les mots de l’humain, une découverte qui éclaire d’un jour nouveau notre compréhension de la communication interespèces. L’enquête a été menée par Lilla Magyari, chercheuse à l’université Loránd-Eötvös en Hongrie.

Une capacité étonnante découverte chez les chiens

Des chercheurs ont utilisé un encéphalogramme non-invasif pour étudier l’activité cérébrale des chiens lorsqu’ils entendent des mots familiers. Cette étude pionnière révèle que les chiens peuvent associer des mots à des objets spécifiques, démontrant ainsi une capacité de compréhension du langage humain jusqu’alors inconnue chez les animaux non-humains.

Pour étudier cette capacité chez les chiens, les chercheurs ont exposé 18 chiens à des mots associés à des objets familiers, tels que des jouets. L’utilisation de l’encéphalogramme a permis d’observer les réponses cérébrales des chiens à ces mots. Les résultats ont montré que les chiens réagissaient de manière similaire aux humains lorsqu’ils associaient des mots à des objets spécifiques.

Des résultats surprenants

Contrairement à ce que l’on pensait auparavant, cette étude révèle que la capacité des chiens à comprendre les mots n’est pas limitée à quelques individus exceptionnels. Tous les chiens étudiés ont montré des signes d’association entre les mots et les objets, indépendamment de leur niveau de compétence dans la compréhension des commandes verbales.

Cette découverte remet en question notre perception des capacités cognitives des chiens et souligne l’importance de la communication interespèces dans nos relations avec nos compagnons canins. La domestication des chiens depuis des millénaires pourrait avoir joué un rôle dans le développement de cette capacité, témoignant de la profondeur de notre lien avec ces animaux.

Perspectives futures

Cette étude ouvre la voie à de nouvelles recherches sur la communication entre les espèces et suscite des questions sur les capacités linguistiques d’autres animaux domestiqués. Les travaux futurs pourraient explorer si d’autres espèces, telles que les chats ou les chevaux, partagent cette capacité à comprendre le langage humain, ou si elle est spécifique aux chiens.

En conclusion, cette étude révolutionnaire élargit notre compréhension de l’intelligence animale et renforce le lien spécial qui unit l’homme à son meilleur ami à quatre pattes.


Partager
Continue Reading

Social

Steve Greig : Le héros des animaux âgés et abandonnés

Published

on

Partager

Après la tragique perte de son fidèle compagnon Wolfgang, Steve Greig a transformé sa douleur en une mission d’amour et de compassion envers les animaux âgés et abandonnés. Cette histoire inspirante témoigne de son engagement à donner une seconde chance à ceux qui sont souvent négligés dans les refuges.

Un nouveau départ

Après la mort de Wolfgang, Greig a ressenti un vide immense dans sa vie. Mais plutôt que de se laisser submerger par le chagrin, il a décidé de donner un sens à sa perte en adoptant Bourriquet, un chihuahua âgé souffrant de problèmes de santé. Cette décision a marqué le début d’une nouvelle mission pour Greig : offrir une vie digne et aimante aux animaux âgés et délaissés.

Un refuge pour les plus faibles

Depuis l’arrivée de Bourriquet, la maison de Greig est devenue un havre de paix pour les animaux âgés et vulnérables. Il a adopté de nombreux chiens âgés, ainsi qu’un cochon, des poules, des lapins, un canard, une dinde et une chatte. Tous ces animaux vivent ensemble en harmonie, partageant leur amour et leur affection avec leur bienfaiteur dévoué.

La vie quotidienne

Aujourd’hui, la maison de Greig abrite une joyeuse ménagerie d’animaux, chacun avec son propre nom et sa propre personnalité. Certains nécessitent des soins médicaux constants en raison de problèmes de santé. Beaucoup d’entre eux souffrent de maladies cardiaques, d’incontinence, de cécité et d’autres problèmes de santé tandis que d’autres sont simplement heureux de partager des câlins sur le lit. Malgré les défis, Greig trouve de la joie dans le fait d’offrir à ces animaux une fin de vie paisible et aimante. Beaucoup d’entre eux souffrent de maladies cardiaques, d’incontinence, de cécité et d’autres problèmes de santé. Certains nécessitent peu de soins médicaux et sont gentils, tandis que d’autres sont un peu plus impertinents et nécessiteux.

Une inspiration pour tous

Greig partage son histoire sur les réseaux sociaux dans l’espoir d’encourager les autres à envisager l’adoption d’animaux âgés et négligés. Son engagement envers ces animaux oubliés a inspiré un livre pour enfants intitulé « Le Seul et Unique Wolfgang », visant à sensibiliser les jeunes à l’importance de l’amour et du respect envers tous les êtres vivants, quel que soit leur âge.

En bref

Steve Greig est bien plus qu’un simple propriétaire d’animaux de compagnie, il est un héros pour les animaux âgés et négligés. Grâce à son amour inconditionnel et à sa compassion infinie, il a transformé la vie de nombreux animaux, leur offrant une seconde chance et un foyer pour toujours. Sa détermination à faire une différence dans le monde témoigne du pouvoir de l’amour et de la gentillesse envers tous les êtres vivants.


Partager
Continue Reading

Social

Thérapie avec chiens pour femmes victimes de violence de genre

Published

on

Partager

La Mairie de Grenade a lancé un projet novateur baptisé Asican, proposant une thérapie émotionnelle assistée par des chiens pour les femmes survivantes de violence de genre.

Ce projet est le résultat d’une collaboration entre la Police Locale, via son Unité Canine, et le Service d’Égalité du Consistoire. Il a été lancé par le maire de Grenade, Marifrán Carazo, en présence de représentants municipaux et de la police locale.

L’objectif principal du projet est de fournir un espace sûr et thérapeutique aux femmes victimes de violence de genre afin de renforcer leur estime de soi, leur bien-être émotionnel et leurs compétences en communication.

Le projet adopte une approche globale en travaillant sur différents aspects, en combinant l’entraînement canin avec une intervention dirigée par une équipe spécialisée. Un deuxième objectif est de restaurer l’estime de soi, d’acquérir une sécurité émotionnelle et d’améliorer les interactions sociales saines.

Les séances, d’une durée estimée de quatre à six mois, se déroulent en présentiel avec une heure de formation hebdomadaire. Dirigées par des agents de l’Unité Canine de la Police Locale, elles ont lieu dans les installations policières et aux alentours du domicile des participantes.

Le projet a débuté sous forme de pilote avec la participation de deux femmes entre juillet et décembre 2023, obtenant des résultats positifs. Il est prévu d’incorporer de nouveaux participants répondant aux critères établis par le Centre Municipal d’Information de la Femme.

Le Projet Asican représente une initiative innovante visant à fournir un soutien holistique et thérapeutique aux femmes victimes de violence de genre à Grenade. En combinant l’interaction avec les chiens et une intervention spécialisée, il cherche à restaurer l’estime de soi et à renforcer les capacités émotionnelles et sociales des participantes.


Partager
Continue Reading

Social

Polémique à la cathédrale de Winchester : Permission aux chiens d’entrer

Published

on

Partager

La cathédrale historique de Winchester a déclenché une polémique en ouvrant ses portes aux chiens pour la première fois de son millénaire d’existence. Alors que la cathédrale a lancé un essai de trois mois permettant aux chiens d’entrer, les réactions des habitants sont partagées.

La modification d’une règle vieille de 1 000 ans pour accueillir les chiens a suscité l’indignation parmi certains fidèles. La référence à un passage biblique interdisant de donner aux chiens ce qui est saint a été citée en signe de désaccord avec cette nouvelle politique.

La décision de permettre aux chiens est survenue après qu’une fidèle (propriétaire de chien), Mme Morris, se soit plainte d’avoir été refusée l’entrée avec son chien, Daisy. Suite à sa requête auprès du doyen de Winchester, la politique a été modifiée, permettant à Daisy de devenir le premier chien à fouler le sol de la cathédrale.

Certains habitants ont exprimé leur soutien à l’accueil des chiens, soulignant l’importance de se sentir les bienvenus, même avec des compagnons canins. Cependant, d’autres ont critiqué cette décision, arguant qu’il n’y avait pas besoin d’autoriser les chiens dans un lieu de culte, sauf s’ils étaient des chiens d’assistance.

Le débat a enflammé la communauté locale, avec des opinions divergentes quant à l’opportunité d’admettre les chiens dans un tel lieu. Certains ont comparé cette décision à de l’anthropomorphisme excessif, tandis que d’autres ont salué l’initiative comme un signe d’ouverture et d’inclusion.

Face aux réactions, la cathédrale a décidé de transformer l’essai en une politique permanente pour les visiteurs payants munis d’un pass annuel. Cependant, des directives strictes sont émises pour garantir une expérience harmonieuse pour tous les visiteurs, qu’ils soient amateurs de chiens ou non.

La controverse à Winchester a résonné bien au-delà de ses murs, suscitant des discussions sur l’accueil des chiens dans d’autres lieux de culte à travers le pays. Mme Morris espère que cette ouverture incitera d’autres cathédrales à adopter des politiques similaires.

La décision de la cathédrale de Winchester d’admettre les chiens illustre les tensions entre tradition et modernité, entre les attentes des fidèles et les aspirations à l’inclusion. Alors que certains applaudissent cette initiative, d’autres restent sceptiques quant à ses implications à long terme.


Partager
Continue Reading

Business

Photo emblématique de chien de Dogwifhat : enchères NFT

Published

on

Partager

Une photo emblématique du chien qui est devenu le visage de la pièce mème Dogwifhat (WIF) est actuellement mise aux enchères sous forme de NFT, et a abouti à 4,3 millions de dollars en ETH. https://twitter.com/BSCNews/status/1769716817344209331

Originalement nommé Chi-Chi mais renommé Achi, le chien est devenu célèbre grâce à une photo prise deux mois après sa naissance le 17 novembre 2018, où il porte un chapeau attachant. Cette image est rapidement devenue virale sur Internet et a captivé le cœur des internautes du monde entier sous forme de mème, connu sous le nom de « WIF ».

La vente aux enchères de la photo de Dogwifhat NFT a débuté il y a quelques jours sur le site de la Fondation, mais c’est seulement le 15 mars qu’elle a attiré l’attention de la communauté crypto alors que les offres ont atteint des sommets remarquables. Des utilisateurs sont prêts à dépenser plusieurs Ethereum (ETH) pour cette image d’un chien arborant un chapeau rose.

L’image on-chain d’un chiot Shiba Inu dans un bonnet tricoté a été vendue pour 1 210,759 ETH, soit une somme valant 4 311 234 dollars.

En mars, la communauté du projet Dogwifhat a déjà collecté plus de 703’000 dollars pour afficher le symbole du chien mème WIF sur l’écran du complexe de divertissement MSG Sphere à Las Vegas. Cette collecte de fonds a rencontré un succès rapide, dépassant les 300’000 dollars dans les premières 24 heures.

Le buzz autour de WIF persiste depuis plusieurs mois, avec une croissance rapide de sa valeur et de sa capitalisation boursière. Lancée à la fin de l’année précédente, WIF est maintenant la quatrième plus grande pièce de monnaie en termes de capitalisation boursière. L’engouement pour Dogwifhat est régulièrement alimenté par les récits de traders ayant réalisé des profits considérables en investissant des sommes relativement modestes dans ce token.


Partager
Continue Reading

Faits divers

Asher House : Sauvetage, récupération et aventure avec les animaux

Published

on

Partager

Le sanctuaire animalier d’Asher House incarne une mission dévouée : sauver, réhabiliter et réinstaller les animaux maltraités, abandonnés ou rejetés, leur offrant ainsi un foyer sûr et aimant. Forts de leurs réseaux de secours et de programmes de stérilisation nationaux, ils touchent des vies à travers des initiatives communautaires variées, allant des bibliothèques aux assemblées scolaires.

Actuellement, le sanctuaire abrite plus de 140 animaux sur deux propriétés, offrant un refuge à une variété d’espèces, des chiens et chats aux oiseaux, ânes, lamas et plus encore. Mais récemment, une crise a frappé : une épidémie de pneumonie rare a touché le ranch, menaçant la vie de nombreux résidents à quatre pattes.

Lee Asher, figure éminente du sauvetage animalier sur TikTok, a partagé les difficultés rencontrées.

Asher gère un sanctuaire canin à but non lucratif à Estacada, dans l’Oregon. Il a commencé à adopter des chiens avec son ami Luke Burton.

Dans une vidéo poignante, il a lancé un appel à l’aide, révélant la gravité de la situation. Malheureusement, Roo, un membre bien-aimé de la meute, n’a pas survécu. D’autres chiens, dont Lady et Lillie, ont été hospitalisées, luttant pour leur survie.

Cependant, la communauté a répondu avec une générosité incroyable. Les dons ont afflué, couvrant les factures vétérinaires et permettant d’acquérir des équipements vitaux, comme des chambres à oxygène. Grâce à cet élan de soutien, les résidents de l’Asher House se remettent lentement mais sûrement de cette épreuve dévastatrice.

Mais l’histoire d’Asher ne se limite pas à son rôle de sauveur. Ancien formateur en entreprise au salaire confortable, il a tout laissé derrière lui pour une vie nomade avec ses 10 chiens sauvés.

Asher avait l’habitude de donner des séminaires dans des organisations commerciales pour motiver les employés et les aider à élaborer des stratégies. Lorsqu’il a quitté son emploi en 2017, sans emploi ni projet, il vivait à Los Angeles et dépensait 2’500 dollars par mois en loyer.

Au cours de ses six premiers mois de vie sur la route, Asher était fauché et accumulait des dettes de carte de crédit. Mais à mesure que The Asher House grandissait, il a commencé à obtenir des parrainages. Aujourd’hui, une marque de nourriture pour chiens « Canidae » sponsorise la meute.

Asher passe désormais la majeure partie de l’année dans un autobus scolaire reconverti avec ses chiens. Le bus a coûté 65’000 dollars à Asher et mesure 11,5 mètres de long.

Ainsi, parcourant les États-Unis dans un bus scolaire transformé, Asher et sa meute vivent une existence pleine d’aventures.

Le quotidien dans le bus était un mélange d’intimité et d’excitation. Les chiens occupaient chaque recoin, du tableau de bord transformé en lit pour chien au toit-terrasse où Asher médite au lever du soleil. Leur vie nomade était un témoignage de dévouement et de compassion, illustrant la profonde connexion qui unit l’homme et ses fidèles compagnons.

Malgré les défis et les épreuves, Asher reste déterminé à poursuivre sa mission. Son histoire inspire, rappelant le pouvoir transformateur de l’amour et de la solidarité. Ensemble, avec sa meute, il continue d’apporter espoir et réconfort à ceux qui en ont le plus besoin, un sauvetage à la fois.


Partager
Continue Reading

Social

Chiens robot de guerre: Menace ou avancée technologique?

Published

on

Partager

Les découvertes récentes sur les chiens robots ont soulevé des débats intenses sur leur potentiel dans la guerre moderne. Des chercheurs chinois ont révélé que ces chiens pouvaient manier des armes avec une précision impressionnante, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles tactiques dans les conflits urbains. Pendant ce temps, les États-Unis évaluent leur efficacité militaire, mais des questions éthiques majeures se posent.

Initialement conçus pour le divertissement et les tâches simples, les chiens robots chinois ont fait un bond en avant pour devenir des outils militaires redoutables. Équipés de mitrailleuses et soumis à des exercices militaires, ces robots ont attiré l’attention internationale. Cependant, les critiques soulèvent des préoccupations sur leur utilisation et leur impact potentiel sur les conflits.

Sous la direction de Xu Cheng, les chercheurs chinois ont démontré la remarquable précision de tir des chiens robots. Avec une capacité à surpasser les fusils d’assaut conventionnels, ces robots pourraient changer radicalement la dynamique des combats urbains. Leur agilité et leur capacité à s’adapter à des environnements complexes offrent des avantages tactiques significatifs. L’arme dispose également d’un support amortisseur, d’un système de rechargement automatique et d’un viseur optoélectronique. Dans des essais, le chien robot tire des rafales de 10 coups sur une cible à taille humaine, qui se trouvait à une distance de 100 mètres. Si la cible était la poitrine d’une personne, la plupart des balles auraient touché le cœur et les régions proches. https://youtu.be/-bgad3HRb64

Bien que les Marines américains aient également acquis des chiens robots pour évaluation, leur utilisation optimale reste incertaine. Les scientifiques chinois soutiennent que les États-Unis pourraient ne pas exploiter pleinement le potentiel de ces robots, soulignant la nécessité de montures spécifiques pour minimiser le recul des armes à feu.

Alors que la technologie chinoise progresse rapidement, les améliorations sont nécessaires pour garantir une performance optimale des chiens robots. Des ajustements articulaires, une capacité de munitions accrue et une précision en mouvement sont des domaines clés à développer.

Cependant, l’éthique de leur déploiement reste une préoccupation majeure. Avec l’avancée rapide de l’intelligence artificielle, la capacité des chiens robots à prendre des décisions autonomes soulève des questions éthiques fondamentales sur le champ de bataille. La distinction entre amis et ennemis devient floue, posant des défis moraux considérables.

Alors que les chiens robots offrent des avantages tactiques indéniables, leur utilisation soulève des dilemmes éthiques majeurs. Le monde attend avec impatience de voir comment cette technologie émergente transformera la nature même de la guerre et de la paix.


Partager
Continue Reading

Social

Réinsertion professionnelle canine et solidarité

Published

on

Partager

Dans un monde où la solidarité prend une nouvelle forme, Paw’sitive Job se distingue comme une initiative exemplaire, alliant réinsertion professionnelle et bien-être animal. Fondée sur l’idée novatrice d’une pension solidaire, cette initiative trouve ses racines dans une observation concrète du terrain.

Depuis 2019, l’association lyonnaise Solivet installée à Vénissieux (dans la banlieue de Lyon), s’engage aux côtés des personnes isolées ou en difficulté en prenant en charge leurs animaux de compagnie. Cette mission inclut des formations dispensées par des éducateurs canins et des soins vétérinaires assurés par des bénévoles dévoués de Solivet.

Théo Noguer, l’initiateur de Paw’sitive Job, souligne le besoin crucial de proposer une solution lorsque les sans-abris doivent s’absenter pour des démarches administratives. Dans cet esprit, Paw’sitive Job offre aux chiens un refuge chaleureux, avec des box individuels et des espaces extérieurs soigneusement aménagés. L’idée est de demander une participation au projet d’un euro par jour. Sinon pour le public classique, le tarif est de 30 euros la journée.

L’équipe dévouée, composée de six salariés en insertion et de trois encadrants, travaille ardemment au quotidien. L’une des encadrantes, décrit l’atmosphère comme une « colo pour chien », offrant aux animaux la possibilité de socialiser et de se reposer dans des parcs de détente.

L’emplacement stratégique de la pension, à proximité de la gare et du métro, vise à faciliter l’accès aux publics précaires qui disposent rarement d’une voiture. Le conseiller en insertion professionnelle de l’association, accompagne les employés dans leur parcours, offrant un soutien essentiel à leur réinsertion.

Dans cette pension solidaire, l’un des salariés en insertion, trouve une nouvelle perspective après avoir passé près de dix ans dans la rue. Doté d’une motivation renouvelée, ce dernier s’apprête à passer l’Attestation de reconnaissance pour les animaux de compagnie d’espèce domestique (Acaced), ouvrant ainsi la porte à des opportunités professionnelles dans des structures telles que la SPA ou des chenils.

Travailler à Paw’sitive Job va au-delà d’un simple emploi. C’est une source de bonheur quotidien, une raison de se lever le matin avec enthousiasme. Le contrat d’insertion, correspondant à 20 heures de travail, offre une stabilité financière et une opportunité de changer de vie.

Cette initiative souligne l’importance cruciale qui transcendent les barrières sociales. Ce projet unique prouve que des solutions créatives et solidaires peuvent apporter un changement significatif, tant pour les êtres humains que pour leurs fidèles compagnons à quatre pattes.


Partager
Continue Reading

Social

Le chien de thérapie pour les étudiants de l’Université du Michigan

Published

on

Partager

À Ann Arbor, Michigan, Hawkeye, le chien de thérapie âgé de 9 ans, s’est imposé comme une source bienvenue de réconfort pour les étudiants de l’Université du Michigan. Élevé et entraîné par Raissa Hinman, résidente d’Ann Arbor et passionnée de Malamutes d’Alaska, Hawkeye fait partie d’un trio de chiens apportant de la joie et de la détente aux étudiants en quête d’une pause du stress universitaire.

Chaque mardi à midi, Hawkeye se rend à la clinique University Hospital System Wolverine Wellness sur Fuller Street, où les étudiants peuvent le saluer, prendre rendez-vous, ou simplement profiter d’une pause câline. Certifié en tant que chien de thérapie, Hawkeye, ainsi que son compagnon Taima, 4 ans, partagent leur amour et leur réconfort avec les étudiants en partenariat avec Therapaws of Michigan.

Raissa Hinman a consacré plus d’une décennie à élever, entraîner, et partager la compagnie de ses Malamutes d’Alaska. Hawkeye, en particulier, est devenu une figure emblématique à la clinique Wolverine Wellness, apprécié non seulement pour ses excellentes compétences d’obéissance mais aussi pour ses « trucs stupides pour animaux de compagnie », qui incluent des séances de sérénade occasionnelles et des démonstrations amusantes.

Outre les visites à la clinique, Hawkeye et ses compagnons participent à des événements communautaires, des maisons de retraite et des écoles, égayant les journées de tous ceux qui croisent leur chemin. Hawkeye a même sa propre page de profil créée par le personnel de l’université en raison de sa popularité.

Le programme « PaWWs and Relax » permet aux étudiants de profiter de la présence apaisante de Hawkeye, et la semaine du 5 février a vu plusieurs étudiants se rassembler pour passer du temps avec le chien de thérapie bien-aimé. Avec ses heures de bureau spéciales, Hawkeye offre des moments de détente aux étudiants stressés, créant ainsi des souvenirs inoubliables pour tous ceux qui ont la chance de le rencontrer.

Au-delà de sa vie de chien de thérapie, Hawkeye incarne l’amour et la passion de Raissa Hinman pour les Malamutes d’Alaska. Issu d’une lignée bien élevée, Hawkeye a été le premier à démontrer un tempérament calme et affectueux, le qualifiant comme un choix idéal pour apporter du réconfort aux étudiants.

En conclusion, Hawkeye, avec son pelage doux et son attitude douce, continue de voler les cœurs des étudiants de l’Université du Michigan, apportant de la chaleur et de la joie à tous ceux qui ont la chance de le rencontrer lors de ses visites hebdomadaires à la clinique Wolverine Wellness.

A lire également: https://siriusmag.ch/des-chiens-de-therapie-pour-soutenir-les-etudiants-de-lucc/
et https://siriusmag.ch/le-chien-un-anti-stress-pour-une-caserne-de-pompiers/


Partager
Continue Reading

Social

La thérapie assistée par les chiens en prison

Published

on

Partager

Les interventions assistées par des animaux, telles que la thérapie assistée par les chiens, ont été intégrées dans les prisons pour atténuer la récidive et améliorer le bien-être des détenus. L’étude publiée en novembre 2020 dans la revue « Animals (Basel) », visait à fournir une analyse actualisée des recherches sur les impacts de cette thérapie chez la population carcérale.

Conclusions : La thérapie assistée par les chiens démontre une capacité à réduire l’anxiété, le stress, la récidive, et d’autres variables sociales chez les détenus, qu’ils soient de sexe masculin ou féminin.

Contexte : La proportion de femmes et d’hommes détenus a connu une augmentation significative depuis 2000, avec une croissance mondiale de 50,2 % chez les femmes et 18,1 % chez les hommes. Aux États-Unis, 221’600 jeunes ont été incarcérés, soulignant le besoin de programmes visant à améliorer la santé physique et mentale tout en réduisant les taux d’infractions en prison. Les personnes impliquées dans la justice pénale sont exposées à la violence et à des expériences traumatisantes, augmentant la prévalence des troubles psychiatriques.

Les interventions assistées par les animaux (IAA) émergent comme des stratégies prometteuses pour améliorer le bien-être psychosocial des détenus. L’IAA englobe les activités assistées par les animaux (AAA) et les thérapies assistées par les animaux (AAT), qui offrent des opportunités de bénéfices motivationnels, éducatifs, récréatifs et thérapeutiques. Ces interventions peuvent contribuer à la sécurité et à la réduction de la récidive, bien que les faiblesses méthodologiques de la littérature limitent les conclusions définitives sur leur efficacité.

Différentes approches d’IAA ont été décrites, mais l’IAA basée sur les chiens se distingue par ses effets positifs. Les détenus participant à des activités avec les chiens ont montré une réduction de la dépendance médicamenteuse, une diminution de la violence, de la dépression, une amélioration des comportements sociaux, une baisse des infractions, ainsi qu’une augmentation de l’estime de soi et une réduction du stress. Cela a également amélioré l’adhésion et la motivation des détenus, offrant un potentiel considérable dans le contexte carcéral.


Partager
Continue Reading

Actualité