Connect with us

Tech

CERN : le robot-chien CERNquadbot

Published

on

Partager

Le CERN, connu pour ses avancées dans le domaine de la physique des particules, a récemment présenté son dernier ajout à son parc de robots : le CERNquadbot. Ce robot à quatre pattes a réussi avec succès son premier test de radioprotection dans la vaste zone expérimentale du laboratoire.

Dans le bâtiment 937 du CERN, où se trouvent les robots les plus innovants, le CERNquadbot se distingue par sa capacité à relever des défis inhabituels dans les installations uniques du laboratoire. Conçu pour naviguer dans des environnements encombrés et sur des surfaces non structurées, ce robot-chien promet une nouvelle ère d’exploration et de surveillance.

Chris McGreavy, ingénieur en robotique au sein du groupe Contrôles, électronique et mécatronique (CEM) du CERN, explique : « Il y a de gros faisceaux de fils et de tuyaux sur le sol qui glissent et bougent, ce qui les rend infranchissables pour les robots à roues et difficiles même pour les humains. Nous avons réalisé une étude de preuve de concept avec le groupe Radioprotection dans ce domaine. Il n’y a eu aucun problème : le robot était complètement stable tout au long de l’inspection. »

Comparé à ses prédécesseurs, tels que le CERNbot modulaire et le monorail d’inspection des trains (TIM), le CERNquadbot excelle dans la pénétration des zones complexes, comme celle du détecteur ALICE. Le robot-chien peut surveiller régulièrement l’état des cavernes, identifier les fuites d’eau ou d’incendie, et réagir à d’autres incidents potentiels.

Cette nouvelle création du CERN témoigne de l’engagement continu du laboratoire à développer des robots spécifiquement adaptés à ses besoins. À terme, le CERNquadbot pourrait être intégré aux robots monorail actuellement en service dans le tunnel du Grand collisionneur de hadrons (LHC), élargissant ainsi les capacités d’exploration du laboratoire. Le CERN reste à l’avant-garde de l’innovation, imaginant et concrétisant des solutions robotiques pour les défis uniques posés par ses installations complexes.


Partager

Tech

RoboGuide : Un Chien-guide robot pour les personnes malvoyantes

Published

on

Partager

L’avènement de l’automatisation ne se limite pas aux emplois humains, comme en témoigne l’émergence de RoboGuide, un chien-guide robot développé pour assister les personnes aveugles et malvoyantes. Conçu à l’Université de Glasgow, ce quadrupède intelligent promet d’offrir une solution innovante aux défis rencontrés par les technologies d’assistance actuelles.

Le Dr Olaoluwa Popoola, responsable du projet RoboGuide, explique que de nombreux robots actuels, qu’ils aient quatre pattes, deux pattes ou des roues, sont limités dans leur utilité en tant qu’assistants pour les malvoyants en raison de leurs méthodes de navigation. Par exemple, les robots basés sur le GPS peuvent éprouver des difficultés à l’intérieur où le signal peut s’affaiblir, tandis que ceux qui utilisent des caméras peuvent être limités par la ligne de vue.

Pour surmonter ces obstacles, les chercheurs ont doté RoboGuide de capteurs sophistiqués qui analysent son environnement. Grâce à un logiciel développé par l’équipe, le chien robotique apprend les itinéraires optimaux entre les emplacements, guidant son déplacement à travers les obstacles détectés par les capteurs.

Une caractéristique unique de RoboGuide est sa capacité à comprendre et à répondre verbalement aux questions et commentaires humains, utilisant des modèles développés pour interagir de manière significative avec son propriétaire.

Le robot a été présenté avec succès au Hunterian, le plus ancien musée d’Écosse, où il a prononcé des discours interactifs et prodigué des conseils aux bénévoles, soulignant son potentiel dans des environnements variés.

Porté par la vision de fournir un soutien aux 2,2 milliards de personnes malvoyantes dans le monde, les chercheurs travaillent en collaboration avec des organisations caritatives telles que le Royal National Institute of Blind People (RNIB) et le Forth Valley Sensory Centre (FVSC). Jacquie Winning, directrice générale du FVSC, souligne que RoboGuide offre une solution novatrice aux problèmes de mobilité auxquels font face les personnes aveugles et malvoyantes.

À terme, l’objectif de l’équipe de recherche est de commercialiser ce produit révolutionnaire, ouvrant la voie à une nouvelle ère d’assistance technologique pour les personnes malvoyantes, tout en signalant peut-être à nos précieux chiots qu’ils devront peut-être apprendre de nouveaux trucs.

Voir également : https://siriusmag.ch/chien-robot-guide-daveugles-une-nouvelle-ere-dassistance/


Partager
Continue Reading

Tech

À la Poursuite des chiens perdus : Les drones

Published

on

Partager

La disparition de chiens reste une source de préoccupation pour les propriétaires d’animaux et les communautés. Chaque année, de nombreux chiens disparaissent, que ce soit par simple curiosité, vol, ou en raison de catastrophes naturelles. Face à cette réalité, les méthodes traditionnelles de recherche montrent leurs limites. Cependant, l’avènement des drones ouvre de nouvelles perspectives dans la recherche et le sauvetage des chiens perdus.

La perte d’un chien est une épreuve pour les propriétaires et les communautés, mais les méthodes traditionnelles de recherche peuvent s’avérer inefficaces. Actuellement les drones offrent un nouvel espoir dans la quête pour retrouver les chiens perdus.

Comprendre le problème des chiens perdus

La disparition de chiens est un problème répandu, causant une détresse émotionnelle aux propriétaires. Les méthodes traditionnelles de recherche sont souvent lentes et incertaines, soulignant le besoin de solutions plus efficaces.

Les drones, initialement conçus à des fins militaires, ont trouvé leur place dans divers secteurs civils grâce à leur polyvalence et leurs capacités avancées.

Applications des drones dans le sauvetage animalier

Les drones sont devenus des outils essentiels dans les opérations de recherche et de sauvetage, offrant une couverture rapide de vastes zones et un accès à des terrains difficiles.

En combinant des informations factuelles et des exemples concrets, les drones transforment la manière dont les chiens perdus sont retrouvés et réunis avec leurs familles.

Le rôle crucial des drones

Les drones équipés de caméras haute résolution et d’imagerie thermique sont essentiels pour les opérations de recherche et de sauvetage. L’imagerie thermique permet de localiser les animaux, même de nuit ou dans des terrains difficiles. Leur capacité à couvrir de vastes zones rapidement et à accéder à des terrains éloignés offre une couverture aérienne exhaustive, accélérant le processus de recherche. Les flux vidéo en temps réel et les données GPS permettent une réponse immédiate dans les situations d’urgence.

Modus operandi

Pour retrouver les chiens perdus, une phase de préparation précède le déploiement des drones, incluant l’analyse de la zone et la vérification des systèmes. Les drones suivent des modèles de recherche spécifiques, tels que les motifs en grille, en spirale ou en zigzag, en fonction du paysage et du dernier emplacement connu du chien.

Les types de drones

Différents types de drones sont utilisés, privilégiant les drones à imagerie thermique pour la détection des chiens, tandis que d’autres peuvent être équipés de caméras haute résolution pour des recherches diurnes.

Les drones collaborent étroitement avec les équipes de recherche au sol, fournissant des données en temps réel pour affiner les zones de recherche et augmenter l’efficacité globale. De plus, ils s’intègrent à d’autres technologies telles que les données GPS du collier d’un chien et les applications mobiles pour optimiser les opérations de recherche.

Les limites

Les drones sont confrontés à des limites techniques telles que la durée de vie limitée de la batterie et des contraintes météorologiques et environnementales, comme les fortes pluies ou les terrains complexes. Malgré ces défis, ils demeurent cruciaux dans les opérations de recherche et de sauvetage des animaux, adaptant leurs stratégies aux différents défis de terrain rencontrés.


Partager
Continue Reading

Tech

Votre animal de compagnie sur Snapchat avec l’IA

Published

on

Partager

Snapchat continue d’innover avec l’intégration de l’intelligence artificielle dans ses fonctionnalités, offrant aux utilisateurs de nouvelles façons de créer et de partager du contenu. La dernière nouveauté ? La possibilité de créer des animaux de compagnie numériques, directement depuis l’application.

En utilisant la nouvelle fonctionnalité IA de Snapchat, les abonnés peuvent désormais générer des avatars d’animaux Bitmoji personnalisés pour accompagner leurs avatars sur la plateforme. Cette option, initialement réservée aux utilisateurs de Snapchat+, offre une manière ludique et amusante d’ajouter une touche personnelle à leurs snaps.

Pour créer votre animal de compagnie numérique, il vous suffit de prendre une photo de votre animal réel ou de choisir une image dans votre galerie. Ensuite, l’IA de Snapchat prend le relais pour générer un avatar correspondant. Bien que l’IA soit utilisée dans le processus de création, il est important de noter que les animaux de compagnie numériques ne sont pas interactifs et ne répondent pas aux commandes.

L’une des fonctionnalités intéressantes de cette nouveauté est la possibilité de partager votre animal de compagnie numérique avec vos amis sur la Snap Map. Cela ajoute une dimension sociale à l’expérience, permettant aux utilisateurs de partager leurs créations avec leur réseau Snapchat.

Alors que certains pourraient considérer cette fonctionnalité comme un ajout amusant mais non essentiel, elle illustre la volonté de Snapchat d’explorer de nouvelles façons d’intégrer l’IA dans son application. Que vous soyez un utilisateur occasionnel ou un fervent adepte de Snapchat, cette fonctionnalité offre une expérience divertissante à découvrir.


Partager
Continue Reading

Tech

Piloter des robots depuis l’espace : robot chien et un humanoïde

Published

on

Partager

Marcus Wandt, astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA), a réalisé un exploit remarquable en pilotant une équipe de robots depuis l’espace pour l’expérience Surface Avatar dans le cadre de sa mission Muninn.

Dans une salle d’Oberpfaffenhofen, en Allemagne, trois robots attendaient avec une équipe d’ingénieurs, que Marcus Wandt franchisse une étape cruciale dans l’exploitation de robots depuis l’espace. L’expérience, baptisée Surface Avatar, est une collaboration entre l’ESA et le Centre aérospatial allemand (DLR) visant à développer une interface intuitive permettant aux astronautes de piloter des robots à distance.

Prêt aux commandes de la Station spatiale, Marcus a utilisé le contrôleur sigma 7, un outil sophistiqué offrant sept degrés de liberté et un retour haptique pour ressentir les interactions avec les robots. Devant lui, un écran affichait le flux vidéo des robots, avec une interface intuitive lui permettant de contrôler leur mouvement et de basculer entre les flux vidéo.

Les trois robots impliqués étaient le chien « Bert » et l’humanoïde « Rollin Justin » du DLR, ainsi que le rover « Interact » de l’ESA. Marcus a dirigé les robots pour accomplir diverses tâches, comme chercher des objets avec Bert, installer une cheville avec deux robots travaillant ensemble, et soulever une poignée avec Rollin Justin.

L’expérience s’est terminée avec Marcus fournissant des commentaires précieux à l’équipe Surface Avatar pour améliorer l’interface et préparer de futures sessions.

Dans un travail d’équipe fluide, Marcus a guidé les robots pour accomplir des tâches complexes, démontrant à la fois sa maîtrise des nouvelles technologies spatiales et son adaptabilité à des environnements inconnus.

Cette exécution réussie de l’expérience Surface Avatar ouvre de nouvelles perspectives pour l’interaction homme-robot dans l’espace, jetant les bases pour des missions spatiales futures plus efficaces et innovantes.


Partager
Continue Reading

Tech

La reconnaissance faciale chez les chiens dans la lutte contre la rage

Published

on

Partager

Dans un développement révolutionnaire, des chercheurs de l’Université de l’État de Washington (WSU) ont mis au point une application de reconnaissance faciale pour chiens, offrant un potentiel transformateur dans la lutte mondiale contre la rage. Cette technologie, testée avec succès dans les zones rurales de Tanzanie, pourrait changer la donne dans les campagnes de vaccination de masse contre cette maladie mortelle, qui cause environ 60’000 décès chaque année, principalement en Afrique et en Asie.

L’application, développée en collaboration avec PiP My Pet, une société basée au Canada, utilise un algorithme de reconnaissance faciale pour distinguer les chiens vaccinés de leurs homologues non vaccinés.

L’application a été testée au Nord de la Tanzanie où neuf villages ont été visités par une équipe de vaccination. Le travail d’analyse s’est effectué sur un échantillon de 1’400 chiens.

Les résultats de l’étude publiée dans la revue Scientific Reports montrent une précision impressionnante de 76,2 % pour les chiens vaccinés et de 98,9 % pour les chiens non vaccinés.

Cette percée technologique revêt une importance cruciale dans la vaccination de masse des chiens, essentielle pour le contrôle de la rage humaine à l’échelle mondiale. Confrontées à des défis pratiques, telles que les puces électroniques et les colliers, les méthodes traditionnelles sont difficilement applicables à grande échelle. L’application de reconnaissance faciale pour chiens apparaît comme une solution prometteuse, surmontant ces obstacles et offrant une identification efficace lors des campagnes de vaccination.

L’algorithme au cœur de l’application, développé en partenariat avec PiP My Pet, analyse les composants clés du visage d’un chien, comparant ensuite ces caractéristiques à des images stockées d’autres chiens. Bien que des défis initiaux liés à la qualité des images aient été rencontrés, des améliorations continues ont renforcé la capacité de correspondance de l’application.

Le professeur agrégé de la WSU, Felix Lankester, chercheur principal de l’étude, a souligné l’efficacité potentielle de l’application, tout en reconnaissant la nécessité d’une meilleure technologie, comme des smartphones plus récents, pour maximiser ses performances. Malgré la nécessité d’une connexion en ligne pour la correspondance faciale actuelle, des efforts visent à rendre l’application utilisable hors ligne, répondant ainsi aux défis de connectivité dans les zones reculées.

Les chercheurs restent optimistes quant à l’amélioration continue de l’application pour minimiser les rejets d’images et rendre la base de données accessible sans connexion Internet. Alors que la rage continue de faire des ravages, cette innovation offre une lueur d’espoir, incitant à la collaboration et au soutien financier pour faire progresser cet outil qui pourrait redéfinir les programmes d’élimination de la rage à l’échelle mondiale.


Partager
Continue Reading

Tech

Le Robot Oro Dog, le Dogsitter présenté lors du CES2024

Published

on

Partager

Au CES 2024 (Consumer Electronics Show, à Las Vegas, 9-12 janvier 2024), le monde de la technologie des animaux de compagnie s’est enrichi avec l’arrivée de l’Oro Dog Companion Robot, surnommé la « Mary Puppins » des robots. Ce compagnon intelligent, vendu au prix de 799 dollars, vise à offrir divertissement, attention, nourriture et confort à votre chien lorsque vous n’êtes pas à la maison.

Oro est doté d’une intelligence artificielle avancée, offrant des fonctionnalités intelligentes pour répondre aux besoins de votre animal de compagnie. Parmi ses caractéristiques notables, on trouve un système audio bidirectionnel et un écran vidéo interactif permettant une interaction en direct avec votre chien de n’importe où.

Le robot est équipé d’un distributeur de friandises sur commande et d’un bol de nourriture automatique intégré, assurant ainsi une alimentation régulière ou sur demande. Un lanceur de balles intégré permet des sessions de jeu interactives, adaptées à la vitesse et à l’enthousiasme de votre chien.

Doté d’une caméra avancée et d’un système de cartographie basé sur lidar, Oro peut naviguer de manière autonome dans la maison. Un lanceur de balles intégré offre des sessions de jeu interactives, adaptées à la vitesse et à l’enthousiasme de votre chien.

Oro utilise une IA avancée pour apprendre les comportements uniques de votre chien. En détectant la détresse, l’agitation ou le désir de jouer, le robot réagit en conséquence, offrant une musique apaisante ou une interaction physique. Programmé pour reconnaître les signes sonores et physiques de détresse chez 10 des races de chiens les plus populaires, l’Oro s’adapte aux besoins spécifiques de chaque animal.

L’application Oro intégrée enregistre et suit les documents de santé et les dossiers médicaux de votre chien, vous informant des prochaines échéances médicales. En cas de besoin urgent, le robot peut vous alerter à distance des besoins les plus pressants de votre chien.

Bien que Oro n’ait pas été en action au CES, son potentiel à offrir une présence et des soins attentionnés à nos amis à quatre pattes suscite l’enthousiasme. Les premières expéditions débuteront en avril, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives pour la vie quotidienne avec nos compagnons canins.


Partager
Continue Reading

Tech

CES 2024 : Une révolution technologique pour nos animaux de compagnie

Partager

Collier connecté pour chiens et chats


Partager

Published

on

Partager

Au CES 2024, le monde de la pet-tech dévoile un éventail d’innovations pour nos compagnons à quatre pattes, transcendant les simples gadgets pour offrir des outils révolutionnaires. Des colliers intelligents aux bacs à litière autonomes, plongeons dans le futur connecté de la vie animale. Le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas ne se contente plus de régner sur la technologie humaine ; il étend son influence au royaume des animaux de compagnie.

Les dernières avancées présentées ne sont pas de simples divertissements, mais des dispositifs réellement révolutionnaires destinés à améliorer la vie de nos amis à fourrure, et par extension, la nôtre.

Dans un monde de plus en plus interconnecté, nos animaux de compagnie s’intègrent également dans l’univers numérique, grâce à une gamme d’appareils allant des colliers intelligents aux bacs à litière autonomes. Examinons de plus près cette évolution.

La technologie en collier : Les colliers intelligents au CES

Le CES de cette année a dévoilé une variété de colliers intelligents conçus pour suivre tous les aspects de la vie de nos animaux de compagnie. Parmi les protagonistes, le collier intelligent d’Invoxia, un géant français du GPS, permet non seulement de localiser les animaux en temps réel, mais surveille également des paramètres vitaux tels que la fréquence cardiaque et les aboiements. Un autre gadget marquant, le Minitailz, suffisamment petit pour les chats, peut détecter des problèmes tels que la fibrillation auriculaire.

Les surprises ne s’arrêtent pas là : la start-up australienne Ilume présente le Tracker, un « écosystème » technologique comprenant une gamelle intelligente et un collier qui compte les pas du chien. Ces appareils communiquent essentiellement avec le smartphone du propriétaire, fournissant des informations détaillées sur les activités quotidiennes de l’animal. Le Smart Bowl calcule ensuite les portions alimentaires idéales en fonction de l’âge, du poids et de l’activité.

Bacs à litière intelligents : l’innovation au service des chats

Le CES 2024 est également le théâtre d’innovations dédiées aux chats, à l’instar du bac à litière Whiskers, qui sépare automatiquement les déchets dans un tiroir, alertant les propriétaires via l’application lorsqu’il est temps de le vider. La start-up chinoise Pawbby, fondée par l’ingénieur Allen Wu, a conçu un gadget surveillant la fréquence d’utilisation du bac à litière et le poids du chat, offrant ainsi aux propriétaires un moyen de rester informés sur la santé de leur félin.

De telles innovations promettent de devenir des outils précieux pour prévenir et surveiller la santé des animaux de compagnie.

Pas seulement un caprice : la technologie des animaux de compagnie, un investissement dans la santé

Au-delà du confort et de la sécurité qu’elles apportent aux animaux de compagnie, ces technologies offrent également des avantages tangibles à leurs propriétaires. Des études scientifiques ont démontré le rôle crucial de nos amis à quatre pattes dans l’amélioration de la santé physique et mentale de leurs humains, réduisant même le risque de maladies cardiovasculaires.

La technologie respectueuse des animaux se présente comme un outil supplémentaire pour renforcer ce lien bénéfique, facilitant la gestion et les soins quotidiens des animaux. Alors que le marché des produits pour animaux de compagnie connaît une croissance rapide, il n’est pas surprenant que le monde des animaux de compagnie embrasse également la révolution technologique de notre ère.

En conclusion, le CES de cette année a clairement mis en lumière une tendance : la technologie n’est plus l’apanage exclusif des humains, elle devient une composante incontournable du monde animalier.


Partager
Continue Reading

Social

Chien robot guide d’aveugles : Une nouvelle ère d’assistance

Published

on

Partager

L’évolution technologique dans le domaine de l’assistance aux personnes malvoyantes prend une nouvelle tournure avec l’émergence de robots-chiens guides. Des initiatives aux États-Unis, en Australie, et en Suisse explorent cette voie novatrice pour accompagner les non-voyants, tout en répondant aux défis de la pénurie de chiens guides.

Des solutions face à la pénurie
Face à la pénurie de chiens guides, des étudiants de l’École polytechnique fédérale de Zurich ont développé « RoboDog ». Ce projet vise à offrir une alternative aux personnes malvoyantes en utilisant des robots-chiens capables d’accomplir des tâches similaires. Cette solution pourrait non seulement pallier la rareté des chiens guides mais aussi s’avérer plus économique, avec un coût initial de 20’000 francs.

Programmation Intelligente aux États-Unis et en Australie
Aux États-Unis, des chercheurs travaillent sur la programmation de robots quadrupèdes en tant que chiens guides. Présentant une démonstration prometteuse, ces robots réagissent de manière sûre et attentive aux instructions, offrant une alternative aux coûts élevés et à la faible disponibilité des chiens guides traditionnels. En Australie, un doctorant non-voyant utilise son expérience avec un chien-guide pour entraîner un robot de Boston Dynamics, explorant ainsi des façons de reproduire le comportement naturel des chiens.

Anticiper les besoins réels
La collaboration étroite avec des associations de personnes non-voyantes et l’utilisation de l’expérience des maîtres non-voyants sont cruciales pour le succès de ces initiatives. En apprenant des comportements naturels des chiens guides, les programmeurs anticipent les défis des environnements réels. L’objectif n’est pas de remplacer les chiens guides, mais de fournir un outil d’assistance dans des contextes spécifiques, comme les supermarchés ou les aéroports.

Une évolution en marche
Cette avancée vers les chiens robots guides d’aveugles marque une nouvelle ère d’assistance technologique. Bien que le perfectionnement de ces technologies puisse prendre encore plusieurs années, l’objectif global est d’offrir une solution flexible aux personnes qui ne peuvent pas adopter de chiens guides traditionnels ou qui souhaitent une assistance dans des situations spécifiques.

Le mariage de la technologie robotique avec les besoins réels des personnes non-voyantes ou malvoyantes promet une révolution dans le domaine de l’assistance. Ces initiatives ouvrent la voie à des solutions innovantes pour améliorer la mobilité et l’autonomie des personnes malvoyantes, tout en élargissant les options disponibles face à la pénurie de chiens guides traditionnels.


Partager
Continue Reading

Connaissances

Le médicament qui prolonge la vie de nos chiens sera mis dans le commerce pour 2027

Published

on

Partager

Un nouveau médicament susceptible de prolonger la vie des chiens est sur le point d’être approuvé, selon les récentes avancées de la FDA en matière de médicaments de longévité. Un article publié le 15 novembre 2023 sur SiriusMag.ch intitulé « L’élixir de longévité canine : La pilule révolutionnaire qui pourrait prolonger la vie de votre chien » a mis en lumière les développements de ce projet, et depuis, les progrès se poursuivent rapidement.

La startup Loyal, établie à San Francisco, se consacre au développement de médicaments visant à accroître la durée de vie des chiens. Cela pourrait potentiellement servir de base pour la recherche sur la longévité chez l’homme, marquant une percée significative. La perspective de prolonger la vie de nos fidèles compagnons à quatre pattes suscite un grand intérêt parmi les propriétaires de chiens, conscients que la durée de vie d’un chien est relativement courte par rapport à celle d’un être humain.

De manière générale, le marché mondial des médicaments/produits anti-âge était évalué à 8 milliards de dollars en 2020 et tendra à double pour 2027. Bien que le Botox soit bien connu dans ce domaine pour sa capacité à lisser les rides, en s’attaquant au vieillissement, il pourrait constituer un médicament préventif pour les maladies liées à l’âge affectant les humains, comme la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer.

Actuellement, le médicament anti-âge de Loyal, appelé LOY-001, a franchi avec succès la première étape nécessaire à son approbation par la Food and Drug Administration (FDA). Bien que des essais cliniques soient encore nécessaires, il est notable que la FDA manifeste une ouverture à l’approbation de médicaments de longévité, une première dans l’histoire. Cette avancée offre une lueur d’espoir aux propriétaires de chiens cherchant à améliorer la qualité de vie de leurs animaux de compagnie.

Depuis longtemps, les scientifiques s’intéressent aux moyens de ralentir le processus de vieillissement et de prolonger la vie. Des recherches antérieures sur les vers ronds ont modifié deux voies cellulaires pour prolonger leur durée de vie de 500%. Plus tôt cette année, des scientifiques auraient inversé les signes du vieillissement chez la souris.

L’approche de Loyal consiste à cibler une hormone de croissance et de métabolisme appelée IGF-1, connue pour être liée à la taille des chiens. LOY-001, administré par injection, est conçu pour les chiens en bonne santé de plus de sept ans et pesant plus de 18 kg. Les injections, prévues tous les trois à six mois, visent à ralentir le processus de vieillissement. Parallèlement, la société travaille sur une version sous forme de pilule quotidienne, LOY-003.

L’intérêt de Loyal pour les chiens en tant que modèle pour la recherche sur la longévité humaine est motivé par le fait que les chiens connaissent des maladies liées à l’âge à des stades de vie similaires à ceux des humains. Cette similitude facilite la mesure des résultats des médicaments anti-âge, permettant d’observer des changements significatifs en un laps de temps relativement court.

Cependant, l’initiative soulève des questions éthiques, notamment sur la qualité de vie des chiens et sur la pertinence de prolonger la vie de manière significative. Les essais cliniques à venir, prévus pour inclure environ 1’000 chiens grands et géants, aideront à éclaircir ces aspects tout en faisant progresser le développement du médicament.

Il est important de noter que la manipulation de la durée de vie des animaux soulève des préoccupations éthiques, avec des vétérinaires et des experts soulignant l’importance d’une vie prolongée mais de qualité. L’évolution de ce médicament ouvre un débat crucial sur les implications éthiques de la prolongation de la vie des animaux de compagnie.

La société Loyal prévoit de lancer un essai clinique à grande échelle pour LOY-001 en 2024 ou 2025, avec l’objectif de commercialiser le produit d’ici 2026. L’avenir pourrait ainsi voir une nouvelle ère dans le soin et la santé des chiens, offrant aux propriétaires des moyens innovants pour assurer le bien-être de leurs compagnons à quatre pattes.


Partager
Continue Reading

Editoriaux et Opinions

L’élevage sélectif à des fins esthétiques : Les chiens et chats victimes de leur popularité

Published

on

Partager

Depuis des décennies, TikTok regorge de vidéos hilarantes mettant en scène des carlins au ronflement caractéristique, propulsant ces chiens vers une popularité inégalée. Cependant, une étude publiée dans la revue Canine Medicine and Genetics révèle une réalité sombre derrière cette tendance, soulignant de sérieuses difficultés respiratoires et problèmes de santé chez ces chiens, les excluant de la catégorie des chiens « typiques » sur le plan de la santé. Les carlins, tout comme d’autres races prisées sur les réseaux sociaux, subissent les conséquences d’élevages sélectifs axés sur l’esthétique.

Las sociétés de défense des animaux contre la cruauté envers les animaux expriment leur profonde tristesse face aux souffrances des chiens, attribuant ces maux à un élevage sélectif axé sur l’apparence, que ce soit pour des gains financiers ou pour gagner une notoriété canine. La Fédération des vétérinaires d’Europe (FVE) et les Fédérations européennes des associations vétérinaires d’animaux de compagnie soulignent que l’élevage sélectif néglige de plus en plus la fonctionnalité, la santé et la longévité au profit de l’apparence.

L’élevage sélectif, visant à produire une progéniture aux caractéristiques spécifiques, est une pratique ancrée depuis que l’humanité a commencé à interagir avec les chiens, il y a environ 15’000 ans. Initialement axée sur des traits comportementaux, la sélection s’est déplacée vers la morphologie et le tempérament au XIXe siècle, donnant naissance au concept des chiens en tant qu’animaux de compagnie purs. L’obsession contemporaine pour l’esthétique a conduit à la prolifération de centaines de races de chiens à l’échelle mondiale, faisant des chiens l’espèce de mammifère la plus diversifiée sur le plan phénotypique, avec 356 races reconnues par la Fédération Cynologique Internationale.

Impact de l’élevage sélectif sur la santé des chiens

Bien que la sélection sélective puisse être bénéfique pour certaines tâches spécifiques, tels que les chiens policiers, de berger, et d’assistance, elle a également entraîné une diminution de la diversité génétique due à la consanguinité. La consanguinité, où des animaux étroitement apparentés sont accouplés, augmente le risque de problèmes de santé génétiques, tels que la surdité.

De nombreuses maladies héréditaires affectent les races de chiens spécifiques qui inondent les réseaux sociaux. La cardiomyopathie dilatée chez les Doberman pinschers, la maladie dégénérative de la valve mitrale chez les épagneuls Cavalier King Charles, et la dysplasie de la hanche chez les Labrador retrievers ne sont que quelques exemples. Outre la consanguinité, d’autres problèmes, tels que la brachycéphalie (crâne anormalement court) et la chondrodystrophie (jambes anormalement raccourcies), sont exacerbés par la sélection de traits esthétiquement plaisants.

Les chiens brachycéphales, tels que les carlins, sont particulièrement touchés, avec des crânes trop courts pour permettre un passage d’air adéquat, entraînant des difficultés respiratoires et d’autres problèmes de santé, notamment oculaires et dentaires. Les chiens chondrodystrophes, comme les teckels, peuvent développer des hernies discales, provoquant douleur et paralysie.

Le dilemme de l’élevage sélectif persiste, avec certains pays, tels que les Pays-Bas et la Norvège, interdisant l’élevage de chiens brachycéphales et d’épagneuls Cavalier King Charles en raison de problèmes de santé graves.

Malgré les avertissements des experts en santé animale, la popularité et l’affection pour certaines races rendent improbable la disparition de l’élevage sélectif à des fins esthétiques. Alors que les débats sur la meilleure approche pour assurer le bien-être des animaux continuent, la question reste ouverte : est-il recommandé d’acquérir un chien issu d’un élevage sélectif à des fins esthétiques?

Quand l’esthétique met en danger les chats

Les chats ne sont pas épargnés par les effets néfastes de l’élevage sélectif à des fins esthétiques. Depuis le 19e siècle, les humains cherchent à préserver des caractéristiques « désirables » chez les chats, telles que la couleur et la longueur du pelage, la taille, la forme du corps, et la couleur des yeux.

Certaines races populaires de chats à visage plat, comme les persans et les britanniques à poil court, présentent un risque accru de problèmes respiratoires. Des études montrent que ces chats peuvent également souffrir de problèmes dentaires, tels que la malocclusion, et d’affections oculaires en raison de leurs orbites proéminentes.

De plus, l’élevage sélectif des chats a peut-être affecté leur capacité à communiquer efficacement par le biais des expressions faciales. Les préférences humaines pour des caractéristiques mignonnes ou familières peuvent involontairement altérer leur capacité à s’exprimer clairement.

En conclusion, l’élevage sélectif à des fins esthétiques, bien qu’ayant des avantages dans certains domaines, soulève des préoccupations sérieuses quant à la santé et au bien-être des chiens et des chats. Le défi persistant consiste à équilibrer l’esthétique avec la santé, soulignant la nécessité d’une réflexion approfondie sur nos préférences en matière d’animaux de compagnie et sur la manière dont elles affectent la vie des animaux que nous chérissons.


Partager
Continue Reading

Connaissances

Dalmatiens : Beauté tachetée, histoire fascinante et défis de santé

Published

on

Partager

Le Dalmatien, chien originaire de plusieurs régions, dont la Croatie, la Grèce et l’Égypte, est mondialement reconnu pour son pelage blanc et ses taches noires. Outre son aspect distinctif, le Dalmatien possède des caractéristiques physiques et comportementales qui en font l’une des races les plus appréciées au monde.

Son corps musclé et bien proportionné, ses oreilles triangulaires, et ses yeux ronds et expressifs lui confèrent une apparence alerte. Sa queue, se rétrécissant vers la pointe et portée avec une légère courbe, est une autre de ses caractéristiques emblématiques. Athlétique et agile, le Dalmatien excelle dans diverses activités physiques.

Sur le plan de la personnalité, le Dalmatien est reconnu pour sa vivacité et son amicalité, bien qu’il puisse parfois se montrer méfiant. Énergiques, intelligents et sociables, ces chiens font d’excellents compagnons pour toute la famille, s’entendant aussi bien avec les enfants qu’avec les adultes. Leur nature ludique les rend particulièrement adaptés aux activités de plein air et aux jeux interactifs, tandis que leur instinct protecteur en fait des gardiens fidèles.

L’histoire du Dalmatien remonte à plusieurs siècles, avec des enregistrements remontant au 17ème siècle en Dalmatie, région côtière de l’Adriatique en Croatie, qui lui donne son nom. Historiquement utilisés comme chiens de calèche, les Dalmatiens étaient des escortes fiables au XVIIIe siècle, courant aux côtés des voitures pour protéger les passagers et le conducteur. Ils ont également servi de chiens-guides et de protection pour les pompiers au XIXe siècle.

Parmi les curiosités, notons que les taches d’un Dalmatien sont uniques, tout comme les empreintes digitales humaines. Célèbres grâce à des films comme « 101 Dalmatiens », ils ont également joué un rôle militaire pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que chiens de guerre et gardiens d’équipement militaire.

Cependant, malgré leur renommée, les Dalmatiens sont sujets à des problèmes de santé, notamment la surdité, touchant environ 10 à 12 % de la population de cette race. Ils sont également prédisposés aux calculs urinaires en raison du traitement particulier de l’acide urique par leur corps. Les propriétaires de Dalmatiens doivent donc être attentifs à leur alimentation et à leur hydratation pour éviter ces problèmes de santé.


Partager
Continue Reading

Actualité

Controverse autour d’une vidéo virale : Un chien en plongée sous-marine divise les internautes

Published

on

Partager

Une récente vidéo partagée sur la plate-forme de médias sociaux populaire X, présentant un chien apparemment en train de plonger en haute mer, a déclenché un débat animé parmi les internautes. Publiées par @DramaAlert, les images sont devenues virales, suscitant des réactions mitigées quant à l’éthique de cette aventure canine.

La séquence montre un chien équipé d’un dispositif de plongée sous-marine miniature, explorant gracieusement le monde sous-marin aux côtés de son compagnon humain. La vidéo capture la joie manifeste du chien, sa queue remuant énergiquement alors qu’il interagit avec la vie marine au milieu des récifs coralliens colorés.

Le débat en ligne se divise entre ceux qui voient cette expérience comme une démonstration réconfortante des liens entre les espèces et du plaisir du chien, et d’autres exprimant des préoccupations éthiques liées à la sécurité et au bien-être de l’animal.

La communauté X reste divisée, générant des discussions animées dans la section commentaires. Certains estiment que le chien semble profiter pleinement de l’expérience, tandis que d’autres soulèvent des questions sur les limites du divertissement animalier et les considérations éthiques liées au partage de telles activités non conventionnelles sur les médias sociaux.

Un utilisateur commente, « Bro, ce chien vit mieux que beaucoup d’autres chiens, peut-être même certaines personnes », tandis qu’un autre réplique, « Complètement inutile, il existe des moyens plus sûrs de laisser le chien profiter. » Un troisième utilisateur note, « Il est clairement souriant ! », ajoutant une perspective positive à cette discussion complexe.


Partager
Continue Reading

Actualité