Connect with us

Politics

Hawaï : Adopte un chien lors de tes vacances

Published

on

Partager

Hawaï est réputée pour ses paysages magnifiques, ses plages dorées et sa végétation luxuriante. Mais au-delà de ses attractions naturelles, l’archipel offre également une opportunité unique pour les touristes de découvrir ses trésors cachés en compagnie de chiens abandonnés à adopter.

L’initiative de la Kauaʻi Humane Society permet aux voyageurs de fusionner aventure et bienveillance en emmenant avec eux un compagnon canin lors de leurs excursions à Hawaï. Ce projet novateur, dédié à la mémoire du jeune bénévole Jian Mehta, vise à favoriser l’adoption des chiens tout en offrant une expérience enrichissante aux visiteurs.

Le processus est simple : les touristes intéressés s’inscrivent sur le site de l’association et se rendent au refuge à la date convenue. Là, ils sont jumelés à un chien en fonction de leurs préférences et des activités prévues pour la journée. Munis d’un sac à dos rempli de fournitures essentielles et accompagnés d’un compagnon arborant un harnais avec l’inscription « adopte-moi », ils sont prêts à partir à l’aventure.

Les bénévoles de l’association guident les participants vers des destinations pittoresques et des sites d’intérêt, facilitant ainsi leur expérience. Bien que les chiens doivent être tenus en laisse pour des raisons de sécurité, la plupart des endroits visités accueillent chaleureusement nos amis à quatre pattes.

Pour les touristes tombant amoureux de leur compagnon de voyage, l’organisation facilite le processus d’adoption. Cependant, l’objectif principal de l’initiative est de donner aux chiens une pause bien méritée de la vie en refuge et de les familiariser avec le monde extérieur.

Explorer Hawaï avec un chien abandonné à adopter offre une expérience unique, alliant découverte, bien-être animal et générosité. C’est une manière inspirante de découvrir les trésors cachés de l’archipel tout en offrant une seconde chance à nos amis à quatre pattes.


Partager

Personnalités et Stars

Le premier ministre français Attal est neo-propriétaire de chien

Published

on

Partager

Le Premier ministre français Gabriel Attal devient propriétaire de chien Gabriel Attal, Premier ministre français, partage un moment personnel à l’Assemblée nationale : son chien Volta, un cadeau de famille.

La scène a déclenché une controverse après qu’il a partagé une photo de son chien lors des débats sur la motion de censure, suscitant des réactions vives de l’opposition. Dans une récente interview au Parisien, Gabriel Attal explique les détails de cet événement, mettant en avant le caractère spontané de la situation. La séquence dans l’hémicycle a été interprétée comme une tentative de Gabriel Attal pour détendre l’atmosphère tendue liée à la motion de censure. Il explique avoir reçu une photo de sa chienne envoyée par ses sœurs pendant la séance parlementaire et avoir spontanément voulu partager ce moment avec ses collègues ministres. Malgré les tentatives de Gabriel Attal pour minimiser l’incident, des membres de l’opposition, dont Boris Vallaud, ont exprimé leur mécontentement.

Le geste du Premier ministre a été qualifié de « lunaire » par le député socialiste Inaki Echaniz. Dans une tentative de répondre aux critiques, Gabriel Attal a partagé une photo de son chiot sur les réseaux sociaux ce dimanche après-midi. Il a ajouté en légende : « Elle devait rester mon jardin secret… Une photo de mon écran de téléphone cette semaine en a décidé autrement ». Cette démarche vise à montrer son amour pour les animaux et son engagement en faveur du bien-être animal.

Gabriel Attal explique que cette photo, immortalisée le 5 février, était celle de sa nouvelle chienne chow-chow, Volta, offerte par sa famille à l’occasion de sa nomination en tant que Premier ministre. « On est sûr que c’est le moment pour toi ! », lui a dit sa famille. « Au fond, j’en étais sûr aussi, il fallait juste y aller ». C’est ainsi que Gabriel Attal s’est retrouvé avec une petite chienne nommée Volta, année des « V » en France oblige.

« Elle a une énergie débordante. Elle porte ainsi très bien son nom, Volta, en hommage à l’inventeur de la pile électrique. »

Le Premier ministre suit l’exemple du président de la république qui, en plus d’être déjà le maitre de Némo, adopté en 2017, vient d’accueillir Jules et Jeanne, deux lévriers tazi, une race de chiens kazakhs offerts au chef de l’État lors de son voyage officiel au Kazakhstan en novembre dernier en novembre dernier, cadeau de Kassym-Jomart Tokaïev.

L’interview accordée au Parisien met en lumière l’influence de la famille dans cette décision d’adopter un chien. Convaincu par ses proches, Gabriel Attal a finalement accueilli Volta le week-end suivant sa nomination à Matignon. La polémique a été commentée par Boris Vallaud sur France 3, qualifiant la réponse du Premier ministre de « un peu cabot » et soulignant le contraste entre l’attitude légère et les sujets sérieux abordés pendant les débats parlementaires.


Partager
Continue Reading

Politics

Biscuits pour chien dans la politique indienne

Published

on

Partager

Une polémique a éclaté lorsque le chef du parti politique BJP, Amit Malviya, a partagé une vidéo accusant Rahul Gandhi d’avoir offert des biscuits pour chien à un employé du Congrès lors de la Bharat Jodo Nyay Yatra (Marche pour l’unité et la justice en Inde). Cette accusation a été renforcée par le ministre en chef de l’Assam et leader du BJP, Himanta Biswa Sarma, dénonçant les mauvais traitements présumés infligés à ses partisans.

La vidéo partagée par le Congrès montrait Rahul Gandhi offrant des biscuits à un chien, mais ne montrait pas clairement s’il avait donné le biscuit rejeté à un employé du parti, comme l’affirmait le BJP. Amit Malviya a insisté sur le fait que Rahul Gandhi avait manipulé le biscuit pour le donner ensuite à l’employé, alimentant ainsi la controverse.

En réponse, Himanta Biswa Sarma a accusé Rahul Gandhi de maltraiter ses partisans, soulignant un précédent épisode où lui-même et d’autres dirigeants du Congrès auraient été invités à partager des biscuits provenant de la même assiette que le chien de compagnie de Rahul Gandhi, Pidi.

La polémique s’est intensifiée sur les réseaux sociaux, avec des partisans des deux camps s’affrontant sur l’intention réelle derrière l’incident. Himanta Biswa Sarma a fermement rejeté l’idée d’accepter les biscuits, affirmant sa fierté en tant qu’Assamais et Indien.

La situation reflète les tensions politiques en cours entre le BJP et le Congrès, alimentées par des événements anodins qui sont souvent exagérés pour des gains politiques. Cette controverse souligne les rivalités politiques intenses qui persistent dans le paysage politique indien.

https://timesofindia.indiatimes.com/videos/toi-original/what-have-dogs-done-to-bjp-rahul-gandhi-responds-to-attack-over-viral-biscuit-video/videoshow/107467282.cms


Partager
Continue Reading

Politics

Quand la CIA tenta d’utiliser des chats comme espions

Published

on

Partager

Dans les années 1960, la CIA cherchait désespérément des moyens novateurs pour extraire des informations secrètes de l’Union soviétique. L’histoire étrange d’Acoustic Kitty révèle l’une des initiatives les plus inhabituelles de l’agence d’espionnage, où l’idée de transformer des chats en agents d’écoute mobiles a pris vie.

L’idée derrière le projet était simple : les chats, avec leur nature indépendante et leur capacité à se déplacer librement, semblaient être des agents parfaits pour se faufiler dans des endroits inaccessibles. Ainsi, la CIA a implanté un émetteur audio et un microphone dans un chat, créant ainsi Acoustic Kitty.

Cependant, les essais ont rapidement montré que dresser des chats pour des missions d’espionnage était loin d’être aussi simple que prévu. Les animaux se sont avérés difficiles à entraîner, ne répondant pas de manière cohérente aux missions qui leur étaient assignées. Malgré une percée dans la stimulation cérébrale électronique, le chat ne suivait pas toujours les instructions, surtout lorsque la faim se faisait sentir.

L’opération a atteint un point crucial lorsque, lors d’un test sur le terrain, Acoustic Kitty a été écrasé par un taxi alors qu’il ne suivait pas les directives prévues. La CIA a finalement abandonné le projet, concluant que les chats n’étaient pas suffisamment prévisibles et faciles à dresser pour répondre à leurs besoins spécialisés.

Bien que l’idée d’utiliser des animaux pour des missions d’espionnage puisse sembler étrange, elle n’est pas unique. Le livre « Nuking the Moon » de Vince Houghton explore d’autres idées audacieuses de l’histoire de l’espionnage, révélant des projets abandonnés, dont certains sont aussi farfelus que d’attacher des bombes aux chauves-souris.

L’histoire d’Acoustic Kitty offre un aperçu fascinant des mesures désespérées prises par la CIA pendant la guerre froide, et bien que les tentatives de dresser des chats pour l’espionnage aient échoué, elles restent un exemple intrigant de l’ingéniosité parfois déconcertante du monde de l’espionnage.


Partager
Continue Reading

Actualité